L'édition 2016-2017 du Vendée Globe a débuté dimanche sans qu'aucune femme ne soit au départ de la course. En cause : des bateaux devenus extrêmement exigeants physiquement.

Anna Corbella (à droite), seule femme prête à participer à la course, a dû renoncer faute de moyens
Anna Corbella (à droite), seule femme prête à participer à la course, a dû renoncer faute de moyens © Maxppp / Illustration

C'est le défi ultime pour les marins en quête d'aventure : un tour du monde à la voile en solitaire et sans escales. Mais pour la première fois depuis 20 ans, le Vendée Globe parti dimanche des Sables d'Olonne ne comptait aucune femme parmi les 29 skippers sur la ligne de départ.

Des femmes qui ne sont pas nombreuses dans l’histoire du Vendée Globe : sept femmes qui ont pris le départ et six d'entre elles ont réussi à boucler leur tour du monde.

Une seule femme prête à se lancer cette année

On parle des pionnières Isabelle Autissier et Catherine Chabaud, puis Ellen Mac Arthur qui a réalisé, en 2001, l'exploit d'arriver deuxième de la course, à seulement 24 ans. A citer aussi Anne Liardet, Karen Leibovici, Samantha Davies et Dee Caffari.

Cette année donc, pas un bateau au féminin, comme lors des deux premières éditions du Vendée en 1989 et en 1992. Une seule femme en réalité était prête à y aller… l’Espagnol Anna Corbella qui a dû renoncer par manque de moyens.

Pourquoi une telle défection ? Des raisons familiales pour certaines. Mais surtout parce que les bateaux du Vendée sont devenus ultra-exigeants physiquement… Même les hommes bien charpentés avouent en baver ! Du coup, elles privilégient les bateaux plus maniables, comme les Figaro ou les class 40.

Vers des quotas de femmes ?

Certaines courses comme la Volvo Ocean Race, le tour du monde en équipage avec escales, ont déjà mis en place des quotas pour intégrer au moins une femme sur chaque bateau.

Sur une épreuve en solitaire, impossible d’imposer des règles, mais il se murmure ici que plusieurs femmes seraient déjà sur les rangs pour 2020… Histoire de montrer que l’absence de la gent féminine cette année n’est qu’un accident.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.