Dans quelques heures, l’équipe de France affrontera nos voisins belges en demi-finale. Dans la capitale, un écran géant sera installé devant l’Hôtel de ville. Mais depuis le début de la compétition, les supporters envahissent les "fan zones sauvages".

Ambiance survoltée dans la "fan zone" de Noisy-le-Grand, pendant le match France-Uruguay
Ambiance survoltée dans la "fan zone" de Noisy-le-Grand, pendant le match France-Uruguay © Maxppp / Arnaud Dumontier

Dans les rues, à chaque match, il suffit de déambuler pour entendre les clameurs des supporters. Dispersée dans les bars et restaurants équipés d'un écran, la foule déborde des terrasses jusque sur les routes. On est loin de "l'espace clos strictement délimité" et des "mesures de sécurité draconiennes" réclamés, fin mai, par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb

Les "fan zones sauvages" se multiplient, sans aucune mesure de sécurité… De quoi accueillir des supporters un peu désœuvrés face à la quasi-absence de "fan zones" officielles. Cette année, leur organisation a été confiée aux municipalités, à condition d'obtenir l'autorisation du préfet. Délimitation de la zone avec des plots de béton et des barrières, des forces de sécurité à l’entrée et à l’extérieur de la zone, des fouilles et des palpations de sécurité… Les conditions sont nombreuses et coûteuses. 

Lors de l'Euro 2016, l'Etat et l'UEFA avaient mis la main à la poche pour sécuriser les sites de diffusion. Mais cette fois, sans aide de l'Etat, un grand nombre de communes n’ont pas les moyens de déployer un tel dispositif. En Île-de-France, par exemple, une seule "fan zone" a été autorisée, à Noisy-le-Grand.

Dans la capitale, la maire, Anne Hidalgo l'a promis : il y aura un écran géant pour retransmettre cette demi-finale, sur le parvis de l'Hôtel de Ville. 1 200 membres des forces de l’ordre encadreront le rassemblement. L’alcool ou encore les fumigènes seront bannis et les terrasses alentours vidées. Le stationnement sera également interdit sur certains axes toute la journée, tout comme la circulation de piétions et des voitures, à partir 18 h 30. Si les Bleus parviennent à se hisser jusqu'en finale, la mairie de Paris prévoit d'installer un écran sur le Champs-de-Mars. Pas sûr que les barrières suffisent à contenir l'euphorie des supporters en cas de victoire...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.