France Inter vous fait découvrir le parcours et la personnalité des 23 joueuses de l’équipe de France qui participeront à la Coupe du monde féminine de football. La compétition se déroulera dans 9 villes en France, du 7 juin au 7 juillet 2019.

La Coupe du monde féminine de football aura lieu du 7 juin au 7 juillet
La Coupe du monde féminine de football aura lieu du 7 juin au 7 juillet © Radio France / Julien Mougnon

Sarah Bouhaddi, le rempart

 Sarah Bouhaddi, la gardienne de buts, lors d'un match de préparation à la coupe du monde France Thaïlande
Sarah Bouhaddi, la gardienne de buts, lors d'un match de préparation à la coupe du monde France Thaïlande © Maxppp / Eric Balédent

Âge : 32 ans.

Taille : 1,75 m.

Poste : gardienne de but.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 139.

Son parcours : c’est lors d’un tournoi à l’âge de 15 ans, au cours duquel elle remplace une coéquipière blessée, que Sarah Bouhaddi découvre le poste de gardienne. Jusqu’alors milieu de terrain ou attaquante, la Cannoise ne quitte plus les buts. Elle rejoint le centre national de formation de Clairefontaine où elle fait ses premiers pas en D1, avant de rejoindre Toulouse, Juvisy puis Lyon, dont elle défend les couleurs depuis 10 ans. Aussi habile avec ses pieds qu’avec ses mains, elle est élue meilleure spécialiste mondiale du poste en 2016, 2017 et 2018. 

À savoir : dans son club, on la surnomme Zlatan (en référence au footballeur suédois Ibrahomivic) pour sa qualité balle au pied et sa capacité à jouer dans le champ.

Dans le texte : "Même si j'aime bien sortir dans un bon restaurant, je reste assez casanière. Regarder du tennis, que je pratique un peu, ou des matches de l’équipe de France de handball."  

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Solène Durand, la râleuse

Solène Durand lors d'un entraînement de l'équipe de France à Clairefontaine
Solène Durand lors d'un entraînement de l'équipe de France à Clairefontaine © Maxppp / Le Parisien / Arnaud Journois

Âge : 24 ans.

Taille : 1,69 m.

Poste : gardienne de but.

Club : En Avant de Guingamp.

Sélection en équipe de France A : 0.

Son parcours : issue de Saône-et-Loire comme Antoine Griezmann, Solène Durand a quitté son cocon familial à l’âge de 15 ans pour le Montpellier HSC. Mais la concurrence au poste de gardien de but lui laisse peu d’opportunités pour avoir du temps de jeu en Division 1. En 2017, "Mappy" rejoint donc Guingamp où elle peut exprimer son talent entrevu en équipe de France jeunes, avec qui elle remporte le Mondial des moins de 17 ans. 

Dans le texte : "Le rôle de troisième gardienne est un peu particulier car il faut rester prête en cas de blessure mais aussi être un soutien pour les autres gardiennes. J’aime bien ce rôle car être au contact de la meilleure gardienne va beaucoup m’apprendre.

À savoir : c’est la seule joueuse du groupe (avec Gaëtane Thiney) à ne pas avoir d’agent. 

Pour la suivre sur les réseaux : Twitter, Instagram.

Pauline Peyraud-Magnin, la doublure

Pauline Peyraud-Magnin, lors d'un match amical France-Etats Unis au stade Océane du Havre
Pauline Peyraud-Magnin, lors d'un match amical France-Etats Unis au stade Océane du Havre © AFP / Action Foto Sport

Âge : 27 ans.

Taille : 1,73 m.

Poste : gardienne de but.

Club : Arsenal FC (Angleterre).

Sélection en équipe de France A : 1.

Son parcours : avec un grand-père président de club, un père footballeur et même un oncle joueur professionnel, Pauline Peyraud-Magnin vit dans l’univers du football depuis toute petite. A 11 ans, elle rejoint la section féminine du club de Caluire (dans la banlieue de Lyon dont elle est originaire) avant de jouer avec les garçons. Joueuse de champ à l’origine, elle est repérée par l’Olympique Lyonnais où elle se découvre une vocation de gardienne lors d’un entraînement. Sa carrière la mène notamment chez les rivaux stéphanois et marseillais. Après un retour à l’OL où elle ne s’impose pas, l’extravertie Pauline Peyraud-Mangin rejoint Arsenal, sacré champion d’Angleterre. 

Dans le texte : sur son expérience en Angleterre, "c’était une galère au début, j’étais contente de rentrer en France par moment juste pour la nourriture." (So Foot)

À savoir : après Daphné Corboz et Anissa Lahmari, c’est la 3e joueuse française à rejoindre le championnat anglais.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Instagram.

Julie Debever, la bosseuse.

Julie Debever, lors d'un entraînement de l'équipe de France à Perros-Guirrec
Julie Debever, lors d'un entraînement de l'équipe de France à Perros-Guirrec © AFP / Sébastien Salom-Gomis

Âge : 31 ans.

Taille : 1,65 m.

Poste : défenseure.

Club : En Avant de Guingamp.

Sélections en équipe de France A : 2.

Son parcours : Sélectionnée en équipe de France des moins de 19 ans, Julie Debever est longtemps restée dans l’antichambre des Bleues avec quelques apparitions en équipe A’ et B. L’an dernier, lorsqu’elle obtient sa première convocation chez les A, à l’aube de son 30e anniversaire, la Nordiste avoue que c’est un peu inespéré. Elle décide de ne vivre que du football lorsqu’elle rejoint Guingamp en 2017, après ses débuts à Hénin-Beaumont, suivis de passages à Juvisy et Saint-Etienne.

Dans le texte : "Je ne regrette pas d’avoir passé mes diplômes car je suis quelqu’un de posé et qui a besoin de préparer son avenir. Mais pour un sportif de haut niveau, il n’y a rien de mieux que la coupe du monde."

À savoir : Jusqu’en 2017, elle menait alors sa carrière de joueuse avec ses études d’éducatrice spécialisée, entamées lorsqu’elle jouait à St-Etienne.

Pour la suivre sur les réseaux : Twitter, Instagram.

Sakina Karchaoui, la star des réseaux sociaux

Sakina Karchaoui, durant l'hymne national joué avanrtt le match amical opposant la France et la Thaïlande, le 25 mai 2019 à Orléans
Sakina Karchaoui, durant l'hymne national joué avanrtt le match amical opposant la France et la Thaïlande, le 25 mai 2019 à Orléans © AFP / DPPI / A2M Sport Consulting / Antoine Massinon

Âge : 23 ans.

Taille : 1,60 m.

Poste : défenseure.

Club : Montpellier HSC.

Sélections en équipe de France A : 23.

Son parcours : inspirée par son grand frère, Sakina Karchaoui pratique d’abord le football dans son quartier près de Marseille. Plutôt « hors cadre » avec des petits défis techniques contre ses ami.e.s sur des terrains improvisés. A l’âge de 10 ans, elle accepte de s’inscrire dans un club : ce sera l’US Miramas. Elle n’y restera que deux petites saisons avant d’attirer les convoitises du centre de formation de Montpellier où elle évolue toujours. Formée en attaque, elle s’est reconvertie défenseure depuis 4 ans. 

Dans le texte : "Je suis plutôt réservée et timide de nature mais avec les réseaux sociaux, on peut se créer l’image que l’on veut. Même si j’essaie d’être la plus simple possible"

À savoir : très active sur les réseaux sociaux, elle jouit d’une belle popularité sur les réseaux sociaux notamment sur Instagram.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Amel Majri, l'étoile montante

Amel Majri, lors d'une séance photo à Clairefontaine
Amel Majri, lors d'une séance photo à Clairefontaine © AFP / Stéphane de Sakutin

Âge : 25 ans.

Taille : 1,64 m.

Poste : défenseure.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 46.

Son parcours : née en Tunisie, elle a grandi à Vénissieux dans la banlieue lyonnaise. Dans le quartier populaire des Minguettes, elle idolâtre l’ancienne star brésilienne Ronaldinho. Une passion pour le foot que sa mère ne voit pas forcément d’un bon œil. Mais la gauchère finit par intégrer le grand voisin de l’Olympique Lyonnais à l’âge de 14 ans. Sacrée meilleure joueuse française en 2016, elle s’est classée 13e du dernier Ballon d’or.

À savoir : elle a également porté le maillot de l’équipe nationale tunisienne chez les moins de 20 ans avant d’opter définitivement pour la France.

Dans le texte : "Je suis allée en Tunisie à 4 ans en vacances, mon oncle m’a jeté un ballon et ça été un déclic."

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram

Griedge Mbock, l'indomptable.

Mbock Bathy lors d'un entraînement à Clairefontaine le 27 mai dernier
Mbock Bathy lors d'un entraînement à Clairefontaine le 27 mai dernier © Radio France / Franck FIFE

Âge : 24 ans.

Taille : 1,72 m.

Poste : défenseure.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 49.

Son parcours : la Brestoise rêve depuis son enfance de devenir professionnelle. Elle commence à jouer avec son grand frère et les garçons du quartier de Pontanézen. Evoluer dans la section féminine de l’AS Brestoise est presqu’un déchirement pour elle mais son ascension va rapidement sécher ses larmes. A Saint-Brieuc (absorbé depuis par l’En Avant de Guingamp), la joueuse d’origine camerounaise s’impose comme une défenseure de très grand talent. En 2015, l’Olympique Lyonnais débourse 100 000 euros pour la recruter, transfert le plus cher du championnat de France à l’époque. Rapide et athlétique, c’est un pilier de la défense des Bleues. 

À savoir : son nom complet est Griedge Yinda Colette Mbock Bathy Nka

Dans le texte : "Quand j'étais petite, je ne savais même pas que le foot féminin existait. Je pensais que quand on allait en équipe de France, c'était les filles et les garçons ensemble." (dans l’Equipe)

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Ève Périsset, la polyvalente

Eve Perisset lors du match de préparation pour la Coupe du Monde France - Thaïlande à Orléans
Eve Perisset lors du match de préparation pour la Coupe du Monde France - Thaïlande à Orléans © Maxppp / Eric Balédent

Âge : 24 ans.

Taille : 1,60 m.

Poste : défenseure.

Club : Paris Saint-Germain.

Sélections en équipe de France A : 13.

Son parcours : après avoir fait ses classes dans les équipes de sa ville natale (Saint-Priest), Ève Périsset rejoint l’Olympique Lyonnais en sport études. Un club où a brillé… son frère, David dans les catégories jeunes quelques années plus tôt. Contrairement à son aîné, Ève réussit à franchir le cap du monde professionnel en signant à 18 ans son premier contrat avec l’OL, son club de cœur. Depuis 3 ans, l’arrière latérale est l’un des leaders du vestiaire du PSG.

Dans le texte : à propos de l’influence de son frère, ancien espoir de l’OL mais qui n’a jamais pu percer au plus haut niveau : "sur la préparation invisible, sur le terrain ou sur tout autre domaine, je sais que sa parole est toujours précieuse." (L’Equipe).

À savoir : elle célèbre chacun de ses buts en faisant la danse Fortnite, en clin d’œil à ses neveux. 

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Wendie Renard, la taulière

Wendie Renard lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine
Wendie Renard lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine © Maxppp / Le Parisien /Arnaud Journois

Âge : 28 ans.

Taille : 1,87 m.

Poste : défenseure.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 108.

Son parcours : même si elle a perdu son brassard de capitaine avec l’arrivée de Corinne Diacre comme sélectionneure, Wendie Renard reste une figure incontournable de cette équipe de France. La Martiniquaise commence le football à l'âge de sept ans à l'Essor Préchotin au sein d'une équipe de garçons. À 15 ans, elle migre vers le Rapid Club du Lorrain pour une saison avant de partir en métropole. Elle opte pour l’Olympique Lyonnais où elle évolue toujours et se constitue un palmarès de premier plan.

À savoir : très grande fan de musique, elle dit en écouter "matin, midi et soir" notamment Dadju et Kalash.

Dans le texte : "À l’âge de 8 ans, je bassinais ma mère avec le maillot de l’équipe de France en lui disant que je le porterai plus tard. Elle m’a dit 'on verra mon enfant' en rigolant."

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Marion Torrent, la déterminée

Marion Torrent, lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine
Marion Torrent, lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine © Maxppp / Le Parisien / Arnaud Journois

Âge : 27 ans.

Taille : 1,64 m.

Poste : défenseure.

Club : Montpellier HSC.

Sélections en équipe de France A : 20.

Son parcours : Marion Torrent commence le football à l’âge de 5 ans. La native de Châlons-en-Champagne rejoint un sport-études à 12 ans. Trois ans plus tard, "Toto" dispute son premier match en D1 avec Montpellier, le club qui l’a formée. Précoce en championnat, elle doit attendre 10 ans pour connaitre ses premiers honneurs en bleu.

À savoir : elle partage sa vie avec un joueur de football… américain.

Dans le texte : "J’ai déjà préparé mon après-carrière car j’ai passé mes diplômes pour être préparatrice physique et coach sportif."

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Aïssatou Tounkara, le roc.

Aissatou Tounkaka lors d'un entraînement à Clairefontaine le 27 mai
Aissatou Tounkaka lors d'un entraînement à Clairefontaine le 27 mai © AFP / Franck Fife

Âge : 24 ans.

Taille : 1,74m.

Poste : défenseure.

Club : Atletico Madrid (Espagne).

Sélections en équipe de France A : 11.

Son parcours : Originaire du 19e arrondissement de Paris, Aissatou impressionne ses premiers éducateurs du Buttes Chaumont FC grâce à ses qualités athlétiques. Elle effectue toute sa progression en Île-de-France : Issy-les-Moulineaux puis Juvisy où elle connait ses premières sélections en équipe de France. En mars 2018, elle est victime d’une grave blessure (double fracture tibia péroné) avec les Bleues. Convalescente, elle signe malgré tout à l’Atletico Madrid où elle vient d’être sacrée championne d’Espagne. 

Dans le texte : "Après une grave blessure comme celle-là, on revient plus fort mentalement. Et comme Aïssatou avait déjà une grosse force mentale, là, elle est décuplée… " - la sélectionneure Corinne Diacre.

À savoir : pour la négociation de son transfert en Espagne, elle a notamment été accompagnée par Dawala, patron de Wati B (label de rap qui a notamment lancé Gims ou Black M).

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Charlotte Bilbault, la combattante

Charlotte Bilbault lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine
Charlotte Bilbault lors d'un entraînement de l'équipe de France féminine à Clairefontaine © Maxppp / Le Parisien / Arnaud Journois

Âge : 28 ans.

Taille : 1,68 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : Paris FC.

Sélections en équipe de France A : 14.

Son parcours : Charlotte Bilbault débute le football à 5 ans dans le même club que son père à Vignoux-sur-Barnageon (Cher). Elle évolue avec les garçons jusqu’à l’âge de 13 ans avant de rejoindre la section féminines de Saint Christophe Châteauroux.  Sélectionnée en équipe départementale puis régionale, c’est tout naturellement qu’elle intègre le prestigieux centre national de formation à Clairefontaine à l’âge de 16 ans. Comme les autres joueuses du Paris FC (où elle évolue depuis deux saisons), elle partage ses journées entre son activité professionnelle et ses entraînements le soir.

Dans le texte : "J’aime bien le combat, le duel sur le terrain… D’ailleurs, plus jeune, j’aurais bien aimé faire de la boxe mais mes parents n’y étaient pas favorables"

À savoir : titulaire depuis l’an dernier du diplôme d’Etat Jeunesse, Education Populaire et Sport, elle exerce au club d’Orsay pour y mener des actions de développement du football féminin auprès des jeunes.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Elise Bussaglia, la doyenne

Elise Bussaglia lors d'un entraînement de l'équipe féminine de football le 1er avril 2019 à Clairefontaine
Elise Bussaglia lors d'un entraînement de l'équipe féminine de football le 1er avril 2019 à Clairefontaine © AFP / DPPI / A2M Sport Consulting / Melanie Laurent

Âge : 33 ans.

Taille : 1,63 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : Dijon FCO.

Sélections en équipe de France A : 186.

Son parcours : grâce à son père et ses frères, Elise Bussaglia vibre football depuis son plus jeune âge. Si elle fait ses premiers pas dans les Ardennes natales (elle est née à Sedan), c’est dans la Marne voisine qu’elle prend son essor. A 15 ans, elle effectue son premier match en D1 avec Sainte-Memmie, une équipe où elle côtoie également Gaëtane Thiney. Sa carrière l’emmène dans les plus grands clubs français (PSG, OL) et étrangers (Wolfsburg, Barcelone). Avec 186 sélections depuis 2003, Elise Bussaglia est la joueuse la plus capée du groupe. 

À savoir : à l’issue de sa carrière de footballeuse, elle envisage de reprendre son métier de professeure des écoles. Diplômée il y a 10 ans, elle est actuellement en disponibilité.

Dans le texte : "J’ai continué mes études car quand j’ai débuté, je ne pensais pas forcément à l'équipe de France. Ni au professionnalisme car ça n'existait pas dans le football féminin."

Pour la suivre sur les réseaux : Instagram.

Maeva Clémaron, l'architecte

Maëva Clémaron, après un match amical France-Uruguay au stade de la Vallée du Cher de Tours
Maëva Clémaron, après un match amical France-Uruguay au stade de la Vallée du Cher de Tours © AFP / Guillaume Souvant

Âge : 26 ans.

Taille : 1,75 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : FC Fleury.

Sélections en équipe de France A : 3.

Son parcours : Après une année de sports études à l’Olympique Lyonnais, Maéva Clémaron rejoint le grand rival, Saint-Etienne. La Viennoise y reste neuf ans jusqu’à la relégation du club en D2. Tentée par une expérience à l’étranger pour parfaire son anglais, elle opte finalement pour Fleury en région parisienne, séduite par son ambiance familiale. Surnommée "Archi-perché" pour son air distrait dans la vie, elle se distingue sur le terrain avec ses qualités de récupération et son gros volume de jeu. Vice-capitaine du club, elle est un élément d’équilibre dans un groupe selon son entraîneur.

Dans le texte : Pour son bizutage en équipe de France, elle a choisi de chanter "L’Envie" de Johnny Hallyday "pour lui rendre hommage et parce que j'aime beaucoup cette chanson. Comme j'ai la voix cassée de nature, j'ai essayé de chanter comme lui, mais ce n'était pas trop ça." (Le Parisien) 

À savoir : elle est architecte dans la vie civile.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Grace Geyoro, la "N’Golo Kanté" féminine

Grace Geyoro, lors d'une conférence de presse de l'Euro 2017
Grace Geyoro, lors d'une conférence de presse de l'Euro 2017 © AFP / Tobias Schwarz

Âge : 21 ans.

Taille : 1,66 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : Paris Saint-Germain.

Sélections en équipe de France A : 20.

Son parcours : née au Congo, Grace Geyoro arrive en France à l’âge de 2 ans. Elle commence à jouer au football avec ses frères et ses cousins, devant le domicile familial à Orléans. Même si sa mère est plutôt réticente, elle persévère et intègre le centre de formation du PSG. Après avoir été sélectionné dans toutes les équipes de France en jeunes, elle connait sa première sélection en A en 2017.

À savoir : c’est une grande passionnée de mode et des baskets même si elle dit ne pas vouloir afficher de signes ostentatoires de richesse.

Dans le texte : "Au début, on me prenait dans l’équipe seulement parce que j’étais la sœur de mon frère. Mais progressivement, on s’est rendu compte de mon bon dribble et 'que la meuf ne rigolait pas'."

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Amandine Henry, la capitaine

Amandine Henry lors du match de préparation pour la Coupe du Monde de Football France - Thaïlande
Amandine Henry lors du match de préparation pour la Coupe du Monde de Football France - Thaïlande © Maxppp / Eric Baledent

Âge : 29 ans.

Taille : 1,71 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 83.

Son parcours : sa passion pour le football naît grâce à son père qu’elle accompagne au stade près de Hénin-Beaumont (Nord). Elle prend sa première licence à 5 ans dans un club où elle doit faire sa place parmi les garçons. Elle s’accroche et intègre à 15 ans le centre national de formation de Clairefontaine. Deux saisons où elle brille et à l’issue desquelles elle rejoint l’Olympique Lyonnais. Dans le Rhône, elle va accompagner l’ascension du club avec 9 titres de champions de France et 3 Ligues des Champions. . Pendant une saison (2016-2017), elle tente l’aventure aux USA avant de revenir à Lyon. 2e meilleure joueuse du dernier Mondial 2015, la footballeuse française la mieux payée est la capitaine de l’équipe de France.

À savoir : son parcours a inspiré un roman (« Croire en ses rêves », éditions Rageot) destiné aux petites filles, sorti à quelques semaines avant la Coupe du monde.

Dans le texte : "On va essayer de continuer ce que les pionnières ont fait pour que les petites filles de demain puissent jouer et que ça soit une norme."

Pour la suivre sur les réseaux : Twitter, Instagram.

Gaëtane Thiney, l'expérimentée.

Gaëtane Thiney lors du match de football opposant la France et la Thaïlande le 25 mai 2019 au stade de la Source à Orléans
Gaëtane Thiney lors du match de football opposant la France et la Thaïlande le 25 mai 2019 au stade de la Source à Orléans © AFP / DPPI / A2M Sport Consulting / Antoine Massinon

Âge : 33 ans.

Taille : 1,69 m.

Poste : milieu de terrain.

Club : Paris FC.

Sélections en équipe de France A : 154.

Son parcours : avec une participation aux Jeux Olympiques de Londres (2012) et bientôt à une 3e coupe du monde, Gaëtane Thiney est l’une des joueuses les plus expérimentées du groupe. La Champenoise (elle est née à Troyes) n’a que 16 ans lorsqu’elle découvre la première division avec le club de Saint-Memmie. Après un passage à Compiègne, c’est à Juvisy qu’elle se révèle en étant élue deux fois meilleure joueuse du championnat (2012 et 2014). Seule "tâche" dans sa carrière en Bleu : sa non-sélection pour les JO 2016.

Dans le texte : "Je garde la forme, même si j’aurais aimé qu’elle soit olympique. Objectif CDM 2019" - Tweet après sa non-sélection pour les JO 2016.

À savoir : elle est conseillère en charge du développement du football chez les enfants au sein de la Fédération française. 

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Viviane Asseyi, la boute-en-train.

Viviane Asseyi, lors d'un entraînement avec son club de Bordeaux
Viviane Asseyi, lors d'un entraînement avec son club de Bordeaux © AFP / Nicolas Tucat

Âge : 25 ans.

Taille : 1,63 m.

Poste : attaquante.

Club : Girondins de Bordeaux.

Sélections en équipe de France A : 30.

Son parcours : pour Viviane Asseyi, la coupe du monde de football en 1998 est un déclic. Le lendemain de la finale remportée par la France, elle demande à sa mère de lui acheter un ballon. Avant de rejoindre la section féminine du FC Rouen, l’attaquante d’origine gabonaise fait ses armes au club de Quevilly où elle se rend encore régulièrement pour y partager son expérience avec jeunes et parents. Cette saison, elle a été récompensée pour avoir inscrit le plus beau but du championnat avec son club de Bordeaux (après des passages à Montpellier et Marseille) 

À savoir : la vidéo de la joie de sa mère à l’annonce de sa sélection dans la liste des 23 a fait le tour des réseaux.

Dans le texte : "C'était [l'annonce de la sélection] un moment magique, je ne vais pas connaître des moments comme ça toute ma vie et ça fait plaisir de rendre fière ma mère" (Tendance Ouest).

Pour la suivre sur les réseaux : Twitter, Instagram.

Delphine Cascarino, la flèche

Joie de la buteuse Delphine Cascarino, lors d'un match match amical entre la France et le Danemark, à Strasbourg le 8 avril 2019
Joie de la buteuse Delphine Cascarino, lors d'un match match amical entre la France et le Danemark, à Strasbourg le 8 avril 2019 © Maxppp / L'Alsace /Jean-Marc LOOS

Âge : 22 ans.

Taille : 1,65 m.

Poste : attaquante.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 11.

Son parcours : quand ses copines de classe pratiquent la danse, Delphine Cascarino préfère, elle, courir derrière un ballon. Après avoir pratiqué le rugby, elle choisit le football en s’inscrivant dans un club avec des garçons alors qu’elle a 9 ans. Formée dans le club de sa ville natale (St Priest), elle rejoint l’Olympique Lyonnais dès l’âge de 12 ans. Parfois tête en l’air selon ses coéquipières, elle a déjà gagné une coupe du monde… avec l’équipe de France des moins de 17 ans.

Dans le texte : "A 18 ans, je me suis retrouvée à jouer avec les joueuses pour lesquelles je ramassais les ballons quelques années auparavant !"

À savoir : la joueuse de l’OL (droitière), a une sœur jumelle, Estelle (gauchère) qui joue également au plus haut niveau au Paris FC.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Kadidiatou Diani, la miraculée

Kadidiatou Diani à Clairefontaine lors d'un entraînement de l'équipe féminine de football en préparation à la Coupe du monde
Kadidiatou Diani à Clairefontaine lors d'un entraînement de l'équipe féminine de football en préparation à la Coupe du monde © AFP / DPPI / A2M Sport Consulting / Antoine Massinon

Âge : 24 ans.

Taille : 1,67 m.

Poste : attaquante.

Club : Paris Saint-Germain.

Sélections en équipe de France A : 45.

Son parcours : la native d’Ivry-sur-Seine est presqu’une miraculée du football. Elle est "lâchée" au dernier moment par une amie qui devait l’accompagner dans son premier club. Seule fille dans un vestiaire de garçon, elle est à la limite de jeter l’éponge avant d’être repérée par un éducateur à Juvisy. Dans l’Essonne où elle reste 7 ans, elle découvre la D1 à l’adolescence avant de rejoindre le PSG. Plutôt réservée dans le vestiaire, elle fait valoir ses qualités de vitesse sur le terrain.

Dans le texte : "J’ai regardé des vidéos de la Coupe du monde 1998. En voyant la France soulever le trophée, je me suis dit : pourquoi pas nous ?"

À savoir : elle est fan d’Aya Nakamura et de Vegedream (qui a notamment interprété "Ramenez la coupe à la maison", l'hymne des Bleus au Mondial 2018).

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Valérie Gauvin, la "pistolera"

La joie de Valérie Gauvin après le premier but de son équipe, lors du match de football amical opposant la France et la Chine le 31 mai 2019 au stade Dominique-Duvauchelle de Créteil.
La joie de Valérie Gauvin après le premier but de son équipe, lors du match de football amical opposant la France et la Chine le 31 mai 2019 au stade Dominique-Duvauchelle de Créteil. © AFP / Franck Fife

Âge : 22 ans.

Taille : 1,73 m.

Poste : attaquante.

Club : Montpellier HSC.

Sélections en équipe de France A : 17.

Son parcours : très sportive dans son enfant (elle pratique aussi le judo et surtout le tennis à un bon niveau), Valérie Gauvin opte finalement pour le football au moment d’entrer en sport-études. Elle quitte son ile natale de la Réunion pour rejoindre Toulouse, le club qui lui offrir son premier contrat professionnel. C’est sur les bords de la Garonne qu’elle va gagner son surnom de "pistolera" en raison de son efficacité devant le but. Depuis 5 ans, elle fait le bonheur de Montpellier mais aussi des Bleues. 

Dans le texte : "C'est une fille qui sait ce qu'elle veut, elle est d'ailleurs sur un double projet pour préparer son après-carrière. Elle est extrêmement déterminée"  - son entraîneur à Montpellier, Jean-Louis Saez.

À savoir : elle possède également deux diplômes : un DEUST en animation et commercialisation des services sportifs et une licence professionnelle en gestion et développement des organisations des services sportifs et de loisirs. 

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Emelyne Laurent, la benjamine

Emelyne Laurent, lors d'une séance d'entraînement à Clairefontaine
Emelyne Laurent, lors d'une séance d'entraînement à Clairefontaine © AFP / Franck Fife

Âge : 20 ans.

Taille : 1,61 m.

Poste : attaquante.

Club : En Avant de Guingamp.

Sélections en équipe de France A : 3.

Son parcours : Dès l’école primaire, Emelyne Laurent rêve d’etre footballeuse. Encouragée par ses parents, elle attend l’âge de 11 ans pour s’inscrire en club (avec des garçons) à Sainte-Marie en Martinique. Elle est repérée par le Montpellier HSC dans le cadre d’une détection et rejoint la métropole à 14 ans. Très rapide sur le terrain, elle se révèle après une seule saison à Bordeaux et est recrutée par l’Olympique Lyonnais alors qu’elle n’a pas soufflé ses 19 bougies. En manque de temps de jeu au sein du meilleur club d’Europe, le prodige est prêté à Guingamp en début d’année et gagne sa place parmi les 23 Bleues sélectionnées pour le Mondial.

Dans le texte : "J'étais en famille d'accueil, parfois j'avais des coups de mou, surtout en hiver car je n'avais jamais connu les grosses périodes de froid. Mais j'ai tenu bon. Je n'ai pas perdu de vue mes objectifs." (L’Equipe) 

À savoir : Surnommée "Crevette" à Lyon, la benjamine du groupe a hérité du sobriquet "Eme" à son arrivée en Bretagne.

Pour la suivre sur les réseaux : Twitter, Instagram.

Eugénie Le Sommer, la buteuse

Eugénie Le Sommer lors d'un match amical de l'équipe de France à Orléans
Eugénie Le Sommer lors d'un match amical de l'équipe de France à Orléans © Maxppp / Éric Balédent

Âge : 29 ans.

Taille : 1,61 m.

Poste : attaquante.

Club : Olympique Lyonnais.

Sélections en équipe de France A : 159.

Son parcours : issue d’une famille nombreuse, Eugénie Le Sommer débute le football à 4 ans même si elle doit attendre un an pour avoir sa première licence. Née à Grasse, elle passe une partie de son enfance en Dordogne avant de rejoindre la Bretagne afin d’intégrer une section sport études à Vannes. Après un passage à Lorient, elle complète son parcours breton à St Brieuc où elle découvre la D1. Très déterminée sur le terrain, elle devient progressivement une joueuse de top niveau international à l’Olympique Lyonnais où elle signe en 2010. 

À savoir : elle est la première femme à avoir été élue au comité directeur de l’UNFP (union nationale des footballeurs professionnels), le syndicat des joueurs.

Pour la suivre sur les réseaux : Facebook, Twitter, Instagram.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.