Hockey surglace, crosse et palet
Hockey surglace, crosse et palet © Fotolia/Irina

Lors du match de hockey sur glace entre les Corsaires de Dunkerque et l'équipe de Reims samedi soir, à la patinoire municipale de Dunkerque, un palet a atteint les tribunes et mortellement blessé un garçon de 8 ans. Hugo était licencié au club de Hockey de Dunkerque, dans la catégorie moins de 9 ans. .

Quelques minutes avant la fin du match, un palet est sorti de l'aire de jeu et a violemment heurté l'enfant qui a fait un arrêt cardiaque.

les pompiers et et tout le staff médical du club, y compris son dirigeant, ont prodigué les premiers soins, en attendant les secours.

Le jeune spectateur a été transporté dans un état grave d'abord à Dunkerque, puis dans la nuit à Lille, où il a été admis au service de réanimation pédiatrique ou il est décédé.

La police s'est rendue sur place pour faire les premières constatations. Le procureur de Dunkerque Eric Fouard a indiqué qu'une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances du drame.

Le témoignage de Jean-Paul Dubois, le directeur de la patinoire au micro de Bastien Deceuninck

Le palet est passé dans un trou de souris

L'établissement est aux normes de la Fédération française de hockey sur glace pour le niveau de compétition de Dunkerque. Il n'y a du plexiglas que derrière les buts. Sur les côtés, ce sont des rambardes.

La mort d'Hugo a suscité une vive émotion à Dunkerque et nombreux sont ceux qui sont venus se requeillir devant la patinoire

Une photo de l'enfant a été placé sur la porte de la patinoire où beaucoup sont venus se requeillir et déposer fleur et bougies. "C'est dur. Tout le monde se connaît, tout le monde connaît le gamin, on le vit affectivement", a réagi, extrêmement ému, le maire de la ville, Patrice Vergriete, spectateur régulier de hockey avec ses enfants.

Dans l'après-midi, jusqu'à près de 400 personnes, dont beaucoup d'enfants, se sont rassemblées à l'entrée de la patinoire restée fermée, dans la foule on voyait aussi des joueurs de l'équipe de Hockey et des supporters.

Le précision de Matthieu Wallart

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.