Nabil Fékir et Patrice Évra sont les derniers noms d'une longue liste. Celle des footballeurs accusés d'avoir dérapé, sur le terrain ou en dehors. Mais la sentence médiatique s’abat parfois à tort sur les joueurs. Alors, dérapage ou pas ? Analyse des derniers incidents.

Nabil Fékir, chambrant les supporters stéphanois après le 5ème but lyonnais lors du derby
Nabil Fékir, chambrant les supporters stéphanois après le 5ème but lyonnais lors du derby © Maxppp / Stéphane Guiochon

Un footballeur professionnel vit aujourd'hui dans une sorte de télé-réalité permanente. Le moindre de ses faits et de ses gestes peut se retrouver en quelques minutes sur internet. S'il sort des clous d'une manière ou d'une autre, le tribunal médiatique se met en marche et la sentence tombe régulièrement : dérapage. Parfois à tort. En taquinant les tribunes stéphanoises, Nabil Fékir a-t-il dérapé ? Et Patrice Évra qui frappe un supporter marseillais ? Tentative d'analyse des derniers incidents.

Nabil Fékir qui présente son maillot aux supporters stéphanois : PAS DÉRAPAGE

On joue la 84e minute d'un derby bouillant entre l'Olympique lyonnais et Saint-Étienne à Geoffroy Guichard. Nabil Fékir achève les Verts en marquant un cinquième but. Le match est plié depuis longtemps, mais l'attaquant lyonnais ne se contente pas de cette éclatante victoire. Il arrache son brassard de capitaine, retire son maillot et va le présenter aux tribunes stéphanoises. Un geste qui excite la rage de certains supporters. En réponse, ils envahissent le terrain. Le match sera interrompu une bonne demi-heure.

Certains commentateurs ont largement critiqué le geste de Nabil Fékir. Inutile, provocateur, indigne. Peut-être. Mais dérapage ? Non. Parce que le "chambrage" fait partie des traditions du foot. Parce que les matchs entre Saint-Étienne et Lyon sont historiquement très tendus et que le geste de Nabil Fékir s'inscrit dans cette rivalité. Et, surtout, parce que le véritable dérapage est celui des supporters stéphanois qui envahissent le terrain et qui mettent en danger les joueurs. 

Patrice Évra qui frappe un supporter marseillais : DÉRAPAGE 

Pendant des semaines, Patrice Évra a été la cible d'insultes, de moqueries, de la part des supporters de l'Olympique de Marseille. Ils lui reprochent d'être beaucoup trop présent sur les réseaux sociaux et pas assez performant sur le terrain. Les choses s'enveniment avant un match d'Europa League, contre les Portugais de Guimaraes. Une altercation a lieu entre Patrice Évra et des supporters marseillais. Certains finissent par descendre des tribunes. Le joueur assène alors un coup de pied à la tête de l'un d'entre eux. Un geste qui n'est pas sans rappeler le fameux coup de pied kung-fu d'Éric Cantona à un supporter anglais en 1995

Dérapage, évidement. Même si les supporters n'ont pas à descendre des tribunes et à se montrer menaçants envers les joueurs, Patrice Évra s'est rendu coupable d'un geste scandaleux et dangereux. 

Layvin Kurzawa qui insulte Didier Deschamps dans une vidéo privée : PAS DÉRAPAGE 

Une soirée entre amis au domicile de Layvin Kurzawa. Le joueur du PSG et de l'Équipe de France est détendu, devant une chicha. L'un de ses amis lui demande, sur le ton de la rigolade, ce qu'il pense de Didier Deschamps. La caméra de son téléphone portable est allumée. Layvin Kurzawa se lâche et insulte le sélectionneur des Bleus. Quelques semaines après, ce qui devait arriver arriva. L'"ami" en question se lance dans une opération chantage et demande 250 000 euros au joueur pour ne pas diffuser la vidéo. Kurzawa refuse, il prévient la police et le staff de l'Équipe de France. 

Ce cas est plus difficile car le joueur aurait dû comprendre depuis longtemps qu'il n'est pas possible pour un sportif professionnel de tenir ce genre de propos sans risquer de gros problèmes par la suite. Mais il s'agit d'une vidéo réalisée dans un cadre privé qui n'a pas vocation à être rendue publique. Donc, pas dérapage.  

Jean-Kévin Augustin qui envoie balader le sélectionneur de l'Équipe de France espoirs : DÉRAPAGE 

Mi-temps d'un match entre les espoirs de l'Équipe de France et ceux du Chili. Sylvain Ripoll, le sélectionneur des Bleuets, décide de remplacer l'attaquant Jean-Kevin Augustin. Celui-ci le prend manifestement très mal puisqu'il refuse – deux fois – d'adresser la parole à Sylvain Ripoll en lui répondant "toi, ne me parle pas". Il sera exclu du groupe et n'a pas été reconvoqué depuis, malgré des excuses publiées dans la presse.

Difficile à juger. La scène est privée, mais elle s'est déroulée devant tous les autres jeunes internationaux. Jean-Kevin Augustin a remis brutalement en question l'autorité du sélectionneur. Dérapage.

Théo Hernandez qui part en vacances au lieu de répondre à une convocation de l'Équipe de France espoirs : DÉRAPAGE

Théo Hernandez est un jeune joueur très prometteur. La question n'est pas de savoir s'il sera international un jour, mais plutôt de savoir pour qui. Il a en effet le choix, puisqu'il possède les nationalités françaises et espagnoles. Et il semble que son cœur balance plutôt du côté espagnol puisqu'il ne s'est pas rendu à une convocation à un rassemblement de l'Équipe de France espoir. Et cela, sans explications. Selon le quotidien espagnol Marca, Théo Hernandez est tout simplement parti en vacances à la plage dans le sud de l'Espagne au lieu de venir s'entraîner à Clairefontaine.

Théo Hernandez a le choix entre l'Espagne et la France pour sa carrière internationale. Tant mieux pour lui. Doit-il pour autant se montrer suffisant et méprisant pour l'Équipe de France ? Non. Dérapage. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.