Le footballeur argentin Diego Maradona, ex-champion du monde et considéré comme l'un des plus grands joueurs de tous les temps, est mort à l'âge de 60 ans, ont annoncé ses proches ce mercredi. Il a succombé à une crise cardiaque.

Diego Maradona en 1986, l'année où il a remporté la Coupe du Monde
Diego Maradona en 1986, l'année où il a remporté la Coupe du Monde © AFP / Jorge Duran

Diego Maradona est mort, ont annoncé ses proches ce mercredi. Âgé de 60 ans, le footballeur argentin s'est éteint à son domicile, à Buenos Aires, victime d'une crise cardiaque. Champion du monde en 1986 avec l'équipe d'Argentine, vedette historique du SSC Napoli en Italie, Maradona était l'un des plus grands joueurs de football de l'histoire. Début novembre, il avait dû être opéré d'un hématome à la tête. Il était en convalescence depuis. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En hommage au footballeur décédé, l'Argentine a décrété un deuil national de trois jours. Dans le monde du football, l'UEFA a indiqué mercredi soir qu'une minute de silence serait observée dans tous les matches de Ligue des Champions et de Ligue Europa. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La sélection nationale argentine a rendu hommage au joueur disparu sur Twitter. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur Instagram, son grand rival historique, Pelé, a dit avoir "perdu un grand ami, et le monde a perdu une légende. Il y a bien d'autres choses à dire mais pour l'heure, que Dieu donne de la force à sa famille. Un jour, j'espère qu'on pourra jouer au foot ensemble au ciel". 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En France, Michel Platini, qui a joué face à lui sur le terrain, a déclaré "C'est notre passé qui s'en va (...). Sont partis Cruyff, Di Stefano, Puskas, pleins de grands joueurs qui ont marqué ma jeunesse. Diego a marqué ma vie". 

Maradona et Platini sur le terrain, en 1988
Maradona et Platini sur le terrain, en 1988 © AFP / CHARLES CARATINI, Eric Feferberg

Et dans la jeune génération, Kylian Mbappé a tweeté "Tu resteras pour toujours dans l'histoire du football, merci pour tout le plaisir que tu as donné au monde entier". Cristiano Ronaldo, quant à lui, a tenu à dire "adieu à un génie éternel".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Main de Dieu" et descente aux enfers

Né en 1960 dans les quartiers pauvres de Buenos Aires, il avait commencé sa carrière dans l'équipe nationale dès ses 17 ans, et y était resté jusqu'en 1994. Pendant ces 14 ans, il a marqué 50 buts en 115 matches, dont l'un des plus célèbres de l'histoire : en finale de Coupe du monde en 1986, il marque un but de la main contre les Anglais. Il le surnomme "La main de Dieu", et marque un second but légendaire dans le même match, qui permet à son pays de gagner pour la deuxième fois de son histoire la Coupe du monde. Bien loin de l'image lisse des grands joueurs d'aujourd'hui, il ne s'est jamais rien interdit, volontiers bagarreur ou tricheur sur le terrain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans le même temps, après des débuts européens à Barcelone, il arrive en Italie, au SSC Napoli, dont il est la vedette entre 1984 et 1991, apportant au club ses deux seuls titres de champion d'Italie, en 1987 et 1990. Et c'est là qu'il sort des pages sportives des journaux : on lui prête des amitiés avec la Camorra, la mafia italienne. L'an dernier, un documentaire présenté hors compétition à Cannes est revenu sur ces années de gloire, pourtant difficiles pour le footballeur. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Car en parallèle, Maradona, qui gère difficilement sa notoriété, sombre dans la drogue. C'est cette dépendance qui signe la fin de son aventure à Naples en 91, quand il est contrôlé positif à la cocaïne après un match à Bari, ce qui lui vaut une exclusion des terrains pendant 15 mois et un retour en Argentine. Le 26 avril 1991, il est arrêté à son domicile de Buenos Aires pour détention et consommation de cocaïne. Le public découvre un Maradona hirsute, le regard éteint. Il est condamné à quatorze mois de prison avec sursis. À peine la condamnation tombée, quelques jours après, il est à nouveau interpellé avec de la drogue. 

"El Diez", comme on le surnomme aussi, reviendra en équipe nationale lors du Mondial 94 aux Etats-Unis. Mais là encore, il est exclu en pleine compétition pour un contrôle positif à l'éphédrine : il écope d'une suspension de deux ans pour contrôle positif. Il quitte définitivement le terrain cette année-là, à 37 ans. 

Diego Maradona en 1991, lors de son arrestation pour possession et consommation de drogue
Diego Maradona en 1991, lors de son arrestation pour possession et consommation de drogue © AFP / DANIEL LUNA

Retours et rechutes

La suite de la vie de Maradona est une succession de peurs et d'espoirs : victime d'une crise cardiaque en 2000 liée à la drogue, puis d'un accident cardiovasculaire en 2004, il apparaît en 2005 métamorphosé pour une émission de télévision dans laquelle il reçoit notamment son rival historique, Pelé. Sa carrière télévisuelle a aussi été ponctuée par une participation au "Danse avec les Stars" local.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Retraité, il épouse la cause des leaders populistes d'Amérique Latine, comme Castro à Cuba, Evo Morales en Bolivie et Hugo Chavez au Venezuela, avec qui il s'affiche volontiers. Le fisc italien le poursuit : soupçonné d'avoir eu un enfant caché pendant ses années napolitaines, il est sommé de faire un test de paternité. 

La succession de cures de désintoxication et d'amaigrissement se poursuit. Et en 2007, il est à nouveau hospitalisé cette fois pour une crise hépatique, notamment liée à sa consommation d'alcool et de cigarettes. Un an plus tard seulement, il est nommé sélectionneur de l'équipe d'Argentine. Sans succès, il quitte ce poste deux ans plus tard. Il entraîne ensuite deux clubs émirats, devient président du Dinamo Brest en Biélorussie en 2018 et entraîneur d'un club mexicain de D2... qu'il quitte quelques mois plus tard seulement. 

Début novembre, quelques jours à peine après ses 60 ans, il avait dû être hospitalisé et opéré. Il était sorti d'hôpital le 12 novembre, mais était encore en convalescence. "Le Diez" restera dans la légende du football international.