L'athlétisme russe est interdit de Jeux Olympiques de Rio. Le Comité International Olympique doit décider dimanche si cette décision est étendue à tous les autres sports.

Le secrétaire général du TAS annonce le rejet de l'appel des athlètes russes
Le secrétaire général du TAS annonce le rejet de l'appel des athlètes russes © Reuters / Pierre Albouy

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté l'appel du Comité olympique russe et des 68 athlètes qui demandaient à participer aux jeux Olympiques de Rio après avoir été suspendus par la Fédération internationale (IAAF).

Après celle du TAS, une décision globale du Comité International Olympique est attendue dimanche. Mais il reste peu de chance que la Russie soit représentée aux JO. Cette décision du TAS jeudi ne concerne que l'athlétisme mais il est probable que  le CIO l'étende à tous les sports dimanche, lors d'une réunion.

Des preuves de leur honnêteté

Ces 68 athlètes avaient fait appel auprès du TAS  après la suspension de leur fédération  de toute compétition, y compris les JO. Ces 68 athlètes se disaient propres et avaient les preuves qu"ils avaient passé tous les tests antidopage avec succès. Mais le rapport Mac Laren publié lundi a rendu les choses encore plus compliquées car il révèle un système de dopage d'Etat en Russie, organisé et de grande ampleur.

Dopage : les athlètes russes interdits de JO
Dopage : les athlètes russes interdits de JO © Radio France / Visactu

Pour l'instant seules deux athlètes russes pourront participer à la compétition : l'une qui a dénoncé le système de dopage d'Etat, l'autre car elle est dissidente.

C'est un coup de tonnerre dans le monde du sport, j'espère que ce sera un coup de tonnerre salutaire, a réagi le ministre français des Sports Patrick Kanner.

0'48

Patrick Kanner, le ministre des Sports

Par Corinne Blottin

Ca me conforte, j'ai toujours maintenu un cap, c'est l'honneur du sport qu'on défend ici, on défend les athlètes propres et c'est bien que le TAS nous ait suivi. J'espère maintenant que le CIO va suivre le tribunal arbitral . Sinon, le monde du sport ne comprendrait pas, a réagi Bernard Amsalem, président de la fédération française d'athlétisme.

0'35

Pour Bernard Amsalem, le CIO se doit d'exclure tous les sports russes

Par Martin lemaire
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.