C’est plutôt inédit dans le monde du rugby professionnel : Jim Nagusa, l’ailier de Grenoble, quitte les terrains pendant un mois pour prendre soin de sa petite fille née début octobre.

Jim Nagusa en 2016 avec le maillot de Montpellier
Jim Nagusa en 2016 avec le maillot de Montpellier © AFP / Miguel Medina

Il a troqué les ballons ovales contre les biberons. Depuis une semaine, le Fidjien Jim Nagusa, joueur de pro D2 au FC Grenoble, est en congé paternité. Les rondes de nuits colorent déjà ses cernes de violet, mais il ne regretterait sa décision pour rien au monde.

"Je suis déjà fatigué. Mais je profite de chaque seconde. C’était une décision personnelle, j’ai déjà une fille qui a tout juste un an et je ne pouvais pas laisser ma femme prendre soin des deux à la fois", confie le rugbyman.

"Un jour je ne jouerai plus au rugby ; la famille, ça reste toute la vie"

Lors de la naissance de sa première fille, le joueur était aux Fidji entouré de ses proches. La tâche était donc plus aisée. En France, c’est une toute autre histoire. "Je me rends compte de la difficulté de la tâche. C’est compliqué chaque jour, même de se lever, de faire quelque chose de sa journée. Je suis vraiment content d’avoir pris cette décision, maintenant je sais que c’était la bonne. C’est un combat au quotidien et je veux le mener ici, avec ma femme", affirme le père de famille.

Néanmoins la décision n’a pas été facile à prendre. Un proche du Fidjien devait venir aider la femme du joueur à gérer cette nouvelle arrivée, mais il a été bloqué aux Fidji en raison de l’épidémie de Covid-19. L’absence de Jim Nagusa intervient également dans un moment délicat pour le club. "J’ai prévenu le club un mois avant mon départ. Ce n’est pas le moment idéal car il y a plein de blessés donc c’était une décision difficile à prendre. Mais vous savez, toutes ces choses vont partir. J’aime le rugby, les fans et mes coéquipiers c’est sûr, mais je voulais donner l’opportunité à ma fille de m’avoir à ses côtés pour ses premiers instants. Un jour je ne jouerai plus au rugby ; la famille, ça reste toute la vie."

"Je reviendrai avec plus de force"

Depuis le 1er juillet 2021, les pères bénéficient d'un mois (dont une semaine obligatoire), et non plus de seulement de deux semaines, pour s'occuper de leur nouveau-né. Ils peuvent également, s'ils le souhaitent, prendre un congé parental supplémentaire d'un an, renouvelable deux fois. C'est la premier fois qu'un joueur professionnel de rugby en France décide de prendre ce congé depuis l'entrée en vigueur de la mesure.

Une mesure prise par le gouvernement français et qui s’applique également aux clubs de sports professionnels, qui sont considérés comme les employeurs de leurs joueurs. "Je suis reconnaissant de pouvoir prendre ce type de congé. Je suis content de jouer en France !" L’ailier a reçu le soutien de la Ligue Nationale de rugby ainsi que de ses coéquipiers : "J’ai reçu beaucoup de messages de félicitations", sourit-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En ce qui concerne la suite, et notamment son retour sur les terrains de Grenoble, le joueur n’est pas inquiet. "Je suis sûr à 100 % que je reviendrai avec plus de force. La famille a toujours été ma motivation. Si je suis épanoui dans ma vie personnelle, ça transparait sur le terrain. Je suis confiant sur ce point-là, je n’ai aucun doute. Ma foi a un grand rôle dans tout ça. Je vis au jour le jour, je ne suis pas inquiet pour demain car si ma famille va bien, tout se passera bien."

En somme Jim Nagusa est, à 34 ans, un papa comblé. Ancien ailier de Montpellier, il est arrivé à Grenoble il y a un an. Victime d’une commotion, il n’a pas encore joué cette saison sous les couleurs rouge et bleu. Nul doute que pour son retour en pro D2 il pourra compter sur le soutien de sa famille, qui prendra désormais une place de plus dans les tribunes.