Après deux ans d'arrêt, la championne olympique de boxe de Rio est de retour son premier combat en professionnel. Estelle Mossely enfilera les gants ce samedi soir, au casino de Deauville.

À l'été 2016, la boxeuse Estelle Mossely a remporté une médaille d'or aux Jeux Olympiques de Rio.
À l'été 2016, la boxeuse Estelle Mossely a remporté une médaille d'or aux Jeux Olympiques de Rio. © Maxppp / Yin Bogu

Elle trépignait, Estelle Mossely, à l'idée de combattre à nouveau. Elle fêtera bientôt ses 26 ans, mais au cours de sa jeune carrière, elle a déjà accompli une performance exceptionnelle en étant médaillée d'or aux Jeux Olympiques de Rio. C'était il y a près de deux ans, son dernier combat en amateur, dans la catégorie des moins de 60 kg. Enceinte, elle a laissé ses gants au vestiaire. Désormais maman du petit Ali, né l'été dernier, Estelle Mossely a repris l'entrainement aux États-Unis, depuis le mois de février. 

La boxe professionnelle est différente de la boxe olympique

Ce samedi soir, au casino de Deauville, elle affrontera Alexandra Vujovic, originaire du Montenegro. Le défi est de taille, car elle se prépare à tenir "six rounds, alors que, jusqu’à Rio, je boxais sur quatre rounds de deux minutes", indique-t-elle. L'épreuve s'annonce d'autant plus inédite qu'elle n'aura pas de casque, "un première" pour la jeune femme puisqu'en boxe olympique, les filles, contrairement aux garçons, portent encore cet accessoire. "J’aurais besoin de me protéger davantage, je serais encore plus vigilante, assure-t-elle, mais mentalement, il faudra que je sois plus agressive." 

C'est un changement que je veux réellement

Plus prudente et plus chirurgicale... C'est "l'efficacité des coups" qui est recherchée lors des combats professionnels. Contrairement à la boxe amateur où on plus sur une recherche de "points". On va chercher à "faire mal à l'adversaire", la "frappe efficace", pour en venir à bout au plus vite. Vous l'aurez compris, ça risque de faire mal, des deux cotés. "On ne joue pas, cela reste un combat, on donne des coups, on prend des coups", rappelle Estelle Mossely. La championne, désormais encadrée de sa propre équipe, celle qu'elle s’est choisi : "Il a fallu que je m’entoure d’un staff, que j’organise toute une structure autour de moi, ce qui n’est pas le cas quand on est en boxe olympique où on appartient à une équipe de France", explique la boxeuse.

Le but est de me retrouver dans ma boxe et dans ma pratique, de maîtriser mes émotions, puisque quand je vais monter sur le ring, il se sera passé quasiment deux ans depuis mon dernier combat, la finale olympique, donc ça fait long.

Les ambitions d'Estelle Mossely sont toujours aussi élevées puisque la championne olympique se donne deux à trois ans pour devenir championne du monde. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.