Toutes les fédérations nationales et internationales, les ligues, les clubs, les athlètes, les championnats sont actuellement suspendus jusqu'à la fin de la pandémie. Les calendriers de début de saison n'ont plus aucun sens. On fait le point sur ce qui est déjà annulé, et ce qui peut encore être sauvé...

Vous vous souvenez de la Ligue 1 ?
Vous vous souvenez de la Ligue 1 ? © Maxppp / Bruno LEVESQUE / IP3

Premiers confinés, au mois de février, les chinois sont aussi les premiers à reprendre les compétitions sportives... Mais à huis-clos et à l’étranger. En Italie, on parle de la reprise du Calcio, le championnat de football début juin, tout comme la Ligue 1 en France, dans le meilleur des cas. Car tout est conditionné à la fin de l’épidémie et au feu vert des autorités sanitaires.

Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel, envisage de mettre les bouchées doubles dès l'éventuelle reprise : "S'il faut jouer tous les trois jours, on jouera tous les trois jours. Dès que les autorités publiques permettront de revivre normalement, il faudra définir la période dans laquelle on repartira."

Un consensus presque total

Pour le tennis, il n’y aura pas de Wimbledon cette année, et la Fédération française a reporté Roland-Garros au mois de septembre. Un choix judicieux, pour Jean-François Caujolle, l’organisateur du tournoi de Marseille : "Par le passé, on a souvent reproché à la France d'être un peu naïve. Il faut voir les olympiades : on en a perdu deux, et la troisième on l'a eue en étant les seuls à postuler. Alors pour une fois qu'on a des dirigeants français qui agissent avec pugnacité, je trouve que c'est une très bonne décision."

En sports mécaniques, plusieurs Grand Prix ont été annulées, d’autres reportés, comme le Grand Prix de France de Moto GP, initialement prévu au Mans le 17 mai. Son organisateur Claude Michy, estime qu'il faut prendre son mal en patience : "Certains grands prix ont déjà été programmés pour fin novembre, un nouveau calendrier sera fait... Mais il ne le sera que quand tout le monde aura la certitude qu'on peut voyager en sécurité, que les rassemblements de population peuvent être organisés... Il faut être patient et voir comment évolue la situation sanitaire."

Le Tour de France en suspens

Les plus grandes compétitions de l’année sont reportées à 2021 : l’Euro de football et les jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

Et après l’annulation des grandes classiques italiennes, le monde du cyclisme attend avec impatience le sort qui sera réservé au Tour de France. Un vrai Tour de France, avec des millions de personnes au bord des routes, puisque l’organisateur ASO exclut l’option d’un huis-clos (mais envisage un départ décalé d'un mois, en août).

En attendant, certains pilotes ou athlètes se consolent en participant à des championnats virtuels sur internet. Sauf en Allemagne, où les footballeurs de Dortmund ont déjà repris l’entrainement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.