La fusion, programmée dès l'an prochain, doit permettre d'éviter des difficultés financières mais elle provoque au passage la disparition d'un derby historique.

Les deux présidents, Thomas Savare à gauche et Jacky Lorenzetti, ont annoncé la fusion des deux clubs lundi.
Les deux présidents, Thomas Savare à gauche et Jacky Lorenzetti, ont annoncé la fusion des deux clubs lundi. © AFP / THOMAS SAMSON

Séisme dans le rugby tricolore. Le derby francilien entre le Racing 92 et le Stade français du 29 avril sera-t-il le dernier ? Les deux grands clubs de la région parisienne, qui connaissent une saison compliquée et des difficultés financières, ont annoncé leur fusion lundi. C’est l’histoire de plus d’un siècle de rivalité qui s’envole dès la prochaine saison du Top 14.

La section rugby du Racing 92, fondée en 1890, a remporté la première finale du championnat de France de rugby en 1892 contre le Stade français. Pour la revanche, l’année suivante, le Stade français avait remporté le Bouclier de Brennus. Après avoir été sur le devant de la scène à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les deux clubs ont connu une traversée du désert de presque 100 ans.

►ÉCOUTER | "Les fans du club parisien voient plutôt dans ce rapprochement une absorption qu’une fusion" : le reportage de Guillaume Battin

Racing et Stade Français, deux histoires, une fusion
Racing et Stade Français, deux histoires, une fusion © Visactu / Visactu

20 Boucliers de Brennus cumulés

La renaissance sportive du Stade français date de la fin des années 2000 avec la reprise du club par Max Guazzini. Du côté du Racing 92, Jacky Lorenzetti reprend le club en 2006. Le Racing 92 retrouve le Top 14 à l’issue de la saison 2008-2009 puis devient champion en 2016. L’année d’avant, en 2015, le Stade français retrouvait le haut de l’affiche avec le premier titre du président Thomas Savare, qui avait repris le club en 2011 à Max Guazzini. Les deux clubs partagent un palmarès impressionnant : le Stade français a remporté le championnat 14 fois alors que le Racing rassemble six titres. Les deux clubs n’ont jamais gagné la Coupe d’Europe, malgré deux finales en 2001 et 2005 pour le Stade français et une finale l’an dernier pour le Racing.

Deux stades pour un club

La fusion entraîne un certain casse-tête organisationnel. Le nouveau stade initial du Racing, l’Arena 92 (30 000 places) qui doit être inauguré en septembre 2017, devrait devenir l’enceinte principale. Mais des matchs auront lieu au stade Jean-Bouin du Stade français, rénové en 2013, selon un principe d’alternance. Un principe utilisé aussi au niveau de la présidence : pour l’instant, Savare sera président du conseil de surveillance pour deux ans et Lorenzetti prendra la tête du directoire. Puis ils échangeront tous les deux ans.

Il faudra faire avec mais la décision qui ne fait pas l'unanimité. Et ça se voit, à l'image de la réaction du capitaine emblématique du Racing, Henry Chavancy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.