La finale olympique de basket masculin opposera la France aux USA. Pour savourer ce moment (une première depuis 21 ans pour les tricolores), les supporters devront se lever à 4h30, soit 22h30 sur la côte est américaine, selon les exigences du diffuseur américain tout puissant NBC.

Plus de 20 ans que les supporters de basket attendent cette finale olympique et ils devront se lever en pleine nuit pour se plier aux exigences du diffuseur amérairicain.
Plus de 20 ans que les supporters de basket attendent cette finale olympique et ils devront se lever en pleine nuit pour se plier aux exigences du diffuseur amérairicain. © AFP / Eric GAY

Cette nuit, les fans de basket programmeront leur réveil peu avant 4h30 pour ne rien manquer d'un moment qu'ils attendent depuis 21 ans : la dernière finale olympique pour les Bleus à Sydney c'était déjà face aux ogres américains. 

Si le réveil sera violent de notre côté de la planète, l'heure sera très agréable pour les téléspectateurs américains : 22h30 pour la côte est, 19h30 pour l'ouest des Etats-Unis. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ainsi en a décidé NBC, diffuseur historique des JO depuis 1988, qui a fait un chèque de près de 8 milliard de dollars au CIO pour les droits de diffusion allant jusqu'en 2032. 

Pour les disciplines prisées des américains, les finales sont régulièrement programmées à des créneaux peu habituels. Les finales de la nouvelle star US de la natation Calaeb Dressel étaient disputées dans les matinées japonaises pour coller au mieux aux attentes des téléspectateurs américains. 

Ce petit arrangement avec les horaires n'empêche pas NBC de récolter de médiocres audiences (en baisse de 45% par rapport aux JO de Rio en 2016) comme le raconte cet article du New York Times.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le podium se dessinera à l'envers

Mais cette fois, l'incohérence va plus loin. Fait rarissime, la finale aura lieu avant la rencontre pour la médaille de bronze. La "petite finale" est programmée à 13h (heure française). 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Capitaine Batum se moque de l'heure de la finale

Pour les organismes des compétiteurs, cet horaire (11h30 heure du japon) est parfois difficile à accepter pour des sportifs habitués à jouer en soirée. Cité dans L'Equipe, l'arrière français, Evan Fournier, déclarait, après la demi-finale, avec sa franchise traditionnelle : "C'est de la grosse merde. C'est perturbant sachant que les Américains sont à cinq minutes de la salle, et nous à une heure au village olympique". Nicolas Batum, héros de la demi-finale, reste lui plus prosaïque : "Je me fous complètement de l'horaire de ce match. On pourrait jouer à 6 heures que ce serait pareil : tout ce que je veux, c'est jouer ce match", conclut le capitaine de Bleus. Ca tombe bien : nous, tout ce qu'on veut c'est voir ce match