Son nom vous dit forcément quelque chose, son numéro vous intrigue peut-être un peu plus : Al Capone II, à la retraite depuis 20 ans, est mort à 32 ans. Un décès qui a largement ému le monde du sport hippique, qui a même érigé une stèle à sa gloire !

Al Capone II, le 18 mars 2018 à Chantilly (aux côtés de l'ancien jockey Francois Benech)
Al Capone II, le 18 mars 2018 à Chantilly (aux côtés de l'ancien jockey Francois Benech) © AFP / Isabelle Toussaint

Il s'appelait Al Capone 2 et il n'était pas un parrain de la mafia mais un cheval de course hippique. Mieux : une légende du saut d'obstacles, avec 26 victoires en 65 courses, dont un grand steeple-chase de Paris. Il était à la retraite depuis 20 ans à Chantilly (Oise) et s'est éteint hier dans son box, suscitant une vague d'émotion impressionnante.

Depuis l'annonce, les souvenirs, les hommages affluent sur les réseaux sociaux. Matthieu Vincent, directeur des hippodromes et des sites d'entraînement de France Galop, n'arrête pas de recevoir des messages.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Matthieu Vincent, directeur des hippodromes et des sites d'entraînement de France Galop, n'arrête pas de recevoir des messages. "Je ne suis pas surpris", raconte-t-il. "Quand ce cheval est arrivé à Chantilly il y a 20 ans, il y avait un fan club : on recevait des kilos de carottes et de pommes presque chaque jours. Ce cheval, on l'a amené deux fois au Salon de l'agriculture, et quand on voulait faire venir du monde sur un hippodrome, dans un centre équestre, on faisait venir 'Ponpon'..."

Un retraité hyperactif

Quand Ponpon (le petit nom d'Al Capone II, donc) est revenu à Chantilly pour sa retraite, il avait sa statue sur l'hippodrome d'Auteuil grâce à ses performances, et près de 2,6 millions de gains sur ses comptes en banque.

Et comme pour un sportif de haut niveau, il a fallu gérer la transition. "C'est un cheval très actif qui avait besoin de bouger", raconte Matthieu Vincent. "On a essayé tout au début de le mettre au pré, mais très vite il était malheureux, il tournait, il hennissait, il appelait... Très vite, on a compris qu'il fallait le monter tous les jours : c'est devenu son équilibre au quotidien." 

De grandes balades pendant des années pour un petit cheval (1m62), qui adorait le contact humain, les câlins, un retraité en forme qui ne voyait le médecin (pardon, le vétérinaire) qu'une fois par an pour ses vaccins. Al Capone II est mort de vieillesse, à 32 ans (c'est comme si il était centenaire) : il a été incinéré, et une stèle a été érigée au centre d'entraînement de Chantilly où il vivait.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Thèmes associés