Les pilotes du championnat de Formule E devant l'hôtel des Invalides à Paris
Les pilotes du championnat de Formule E devant l'hôtel des Invalides à Paris © MaxPPP

Paris accueille ce week-end une manche du championnat de Formule E, sorte de Formule 1 électrique. Pour ses promoteurs, la discipline représente l’avenir du sport automobile. Les écologistes sont sceptiques.

La course se déroule sur un circuit de 1,9km, installé au cœur de la capitale, autour de l’esplanade des Invalides . Neuf écuries sont engagées, chacune présente deux pilotes. Cette étape parisienne constitue la septième épreuve de la saison, mais pour ses organisateurs, elle revêt un caractère particulier. A la veille du départ, le promoteur du championnat, Alejandro Agag, déclarait : "Ce sera notre plus gros évènement depuis le début de la Formule E , c’est important pour sa crédibilité ".

Parmi les pilotes en lice, on trouve des noms connus dans le sport automobile : Nicolas Prost (fils d'Alain), Bruno Senna (neveu d'Ayrton) et Nelson Piquet Junior. Ancien pilote de F1, Jean-Eric Vergne, désormais membre de l'écurie DS Virgin, vante les mérites de sa nouvelle discipline :

On est capable d'aller courir dans les centres-villes des grandes villes : Paris, Londres, Berlin, Moscou

Désaccords au sein de la gauche parisienne

La mairie de Paris, candidate à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024, y voit l’occasion de démontrer sa capacité à organiser de grands évènements sportifs . C’est aussi une manière de promouvoir la voiture « propre » chère à Anne Hidalgo.

Dans sa démarche, la maire socialiste a reçu le soutien de ses opposants du groupe Les Républicains. Elle a en revanche suscité la colère de ses alliés écologistes, peu convaincus par les performances prétendument « vertes » des bolides (56 kilowattheures consommées au maximum pendant une course , soit l’équivalent d’une douzaine de lessives en lave-linge). Dans un communiqué, le coprésident du groupe écolo au Conseil de Paris, David Belliard, s’est agacé de voir les rues du 7e arrondissement recouvertes de bitume : "le bilan sera lourd pour les Parisiennes et les Parisiens : à l’absurdité environnementale représentée par ce gaspillage, il faut ajouter les risques cancérogènes induits par de telles quantités de dérivés pétroliers toxiques".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.