La Ligue de football professionnel (LFP) demande un plan de soutien d’urgence à l’État. Dans un communiqué publié hier, elle estime ses pertes récentes à un milliard d'euros et affirme qu'il s'agit désormais d'une question de survie.

Dans un communiqué publié hier, la Ligue de football professionnelle demande un plan de soutien en urgence à l'État.
Dans un communiqué publié hier, la Ligue de football professionnelle demande un plan de soutien en urgence à l'État. © AFP / Franck Fife

"Une question de survie" assène la LFP dans un communiqué publié mardi soir. Elle demande à s’entretenir au plus vite avec le ministère de l’Économie et le ministère de l’Éducation et des Sports, pour tenter de trouver une porte de sortie à la crise qui frappe le monde du football professionnel en France, avec l'épidémie de Covid-19.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Entre les matchs qui se jouent à huis clos et l’accord signé au rabais avec Canal+ pour la diffusion de la L1 et de la L2 la semaine dernière, le conseil d’administration de la LFP a fait les comptes. Il estime les pertes récentes à environ un milliard d’euros

Le foot est "un patrimoine culturel et économique que l’on ne peut pas laisser partir en fumée" argumente la Ligue, qui se défend de "demander à l’État de compenser la défaillance de Médiapro". Même si le conseil d'administration a fait ses comptes : l'accord signé avec Canal+ est 500 millions d'euros inférieur à la promesse initiale du groupe sino-espagnol. Ce qui aurait pu permettre de réduire les pertes de moitié.

Dans le milieu, la voix de Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais (OL), s’est élevée aussi. "L’État n’a pas fait grand-chose pour soutenir le secteur", a-t-il reproché la semaine dernière. Des propos à nuancer selon Pierre Ferracci, président du Paris FC. "Il a déjà beaucoup fait avec le prêt garanti par l’État et les charges sociales qui ont été un petit peu décalées." L’entraîneur parisien admet néanmoins qu’il n’est pas "choquant" de souhaiter que la France  continue à accompagner la LFP face à l’urgence. 

La ligue de football professionnel n’a pas encore précisé ce qu’elle attend exactement de cet éventuel plan d’urgence