La France est le premier pays européen exportateur de footballeurs. 116 joueurs tricolores évoluent dans les meilleurs championnats du continent, c’est un record.

Le Brésilien Neymar (FC Barcelone) à la lutte avec les Français Geoffrey Kondogbia (Inter Milan) et Morgan Schneiderlin (Manchester United)
Le Brésilien Neymar (FC Barcelone) à la lutte avec les Français Geoffrey Kondogbia (Inter Milan) et Morgan Schneiderlin (Manchester United) © AFP / MIGUEL MEDINA

En France, on n’a pas de pétrole, mais on a… des footballeurs ! Le Centre international d'étude du sport, le CIES, basé en Suisse, vient de publier une étude sur les pays qui exportent le plus de joueurs dans les cinq grands championnats. Et la France est première.

L'exode n'est pas nouveau, c’est même devenu une tendance lourde depuis près de vingt ans : de plus en plus de footballeurs français choisissent de partir à l'étranger.

Première place dans le "Big 5"

La première partie de l’étude porte sur les cinq grands championnats européens : Espagne, Angleterre, Italie, Allemagne et France.

Le pays qui exporte le plus de ses ressortissants dans ces championnats est donc la France, avec 116 joueurs. En deuxième position, le Brésil, 114 joueurs. Troisième marche : l’Argentine, avec 97 joueurs qui jouent dans ce "Big 5". Au pied du podium, l’Espagne avec 66 footballeurs.

La Premier League anglaise, souvent considérée par le meilleur championnat du monde, est le terrain de jeux des Français. Ils sont 41 à y poser leurs crampons, devant les Espagnols (38) et les Belges (21).

Deuxième place au général

Sur l'ensemble des 31 championnats européens de première division étudiés, le Brésil cette fois en tête, avec 469 joueurs expatriés, devant la France (312) et l'Espagne (201).

C’est d’ailleurs le Brésil qui envoie le plus de footballeurs dans notre Ligue 1, avec 20 joueurs, contre 13 Sénégalais et 10 Argentins.

Deux autres pays comptent plus de 150 ressortissants à l’étranger. Deux pays qui ont toujours été des terres de football : la Serbie (189 joueurs) et l’Argentine (168).

Une preuve de la bonne santé de la formation française

Selon les auteurs de l'étude, cette excellente place est le signe d'une très bonne image des footballeurs français à l’étranger, avec une formation reconnue.

Mais cela signifie également que notre pays forme trop de joueurs qui ont du mal à trouver leur place en Ligue 1 ou en Ligue 2, pour Raffaelle Poli, le responsable de l'observatoire du football du CIES.

Les footballeurs français préfèrent jouer dans des championnats professionnels étrangers plutôt que de jouer en CFA ou dans les échelons mineurs du foot français, sachant que les salaires peuvent être plus importants, même dans des pays exotiques. Ils peuvent faire des coupes européennes et rebondir plus loin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.