Les combats de MMA (Arts Martiaux Mixtes) vont bientôt être diffusés à la télé. Le CSA vient d'autoriser leur retransmission à la télévision française. Une diffusion sous conditions, mais qui devrait permettre le développement d'une discipline de plus en plus populaire.

Un combat de MMA à Paris en octobre 2020
Un combat de MMA à Paris en octobre 2020 © AFP / Franck Fife

C'est un nouveau pas franchi vers plus de visibilité pour le MMA en France. Un mois après l'organisation des premiers combats en France, pour la première fois, le CSA, le Conseil supérieur audiovisuel, vient d'autoriser, par une délibération du 21 octobre 2020, publiée ce jeudi au Journal officiel, les retransmissions des combats d'arts martiaux mixtes (MMA) à la télévision. Des retransmissions qui seront toutefois très encadrées et avec la signalétique obligatoire "déconseillé aux moins de 16 ans".

Une image qui a évolué

Depuis 2005, toute retransmission était formellement interdite en France, la diffusion des combats étant considérée comme "portant atteinte à la dignité des participants" et "susceptible de nuire gravement à l'épanouissement physique, mental ou moral des mineurs". Mais depuis que le MMA est passé sous le giron de la Fédération française de boxe, le CSA a décidé de lancer une vaste consultation avec les auditions notamment du ministère des Sports, de la Fédération mais aussi de plusieurs chaînes de télévision, d'organisateurs de compétitions et également d'experts pour la protection des mineurs.

"Ce qu'il faut bien comprendre", explique Carole Bienaimé-Besse, présidente du groupe de travail Éducation et protection des publics, _"c'est que c'était quelque chose de déjà autorisé à l'étranger, dans de nombreux pay_s, et que sur Internet, sur de nombreuses plateformes vidéo, vous pouviez trouver des combats de MMA. Le souhait du CSA était donc de faire en sorte que ces matchs puissent être retransmis sur nos antennes, mais dans le cadre qui est le notre".

"En aucun cas, il n'y aura de diffusion en journée."

Le cadre ? Comprenez, avec des règles très précises, notamment la signalétique obligatoire "déconseillé aux moins de 16 ans". "C'est un sport de combat qui est assez impressionnant visuellement", justifie Carole Bienaimé-Besse, avec "des coups portés y compris au visage qui peuvent entraîner des blessures avec beaucoup de sang". Voilà pourquoi le CSA a considéré qu'il était primordial d'encadrer les retransmissions. Concrètement, les combats de MMA sont affiliés à la catégorie 4 et donc "déconseillés aux moins de 16 ans", avec une interdiction de diffusion en journée. Il n'y aura ainsi aucune retransmission avant 22h30 sur les chaines gratuites, et pas avant 20h30 pour les chaînes payantes.

► DOCUMENT - La décision complète du CSA :

Les chaînes de télévision devront également faire preuve de pédagogie pour expliquer le MMA lors des retransmissions, et une vigilance toute particulière sera appliquée aux commentaires. Mais ce cadre strict ne semble pas du tout bloquer les chaînes de télévision françaises. Plusieurs d'entre elles se sont déjà montrées intéressées par ce marché bien réel. Selon un rapport parlementaire datant de 2019, les Français font partie des cinq plus gros acheteurs de jeux vidéo de MMA, et génèrent une grande partie du trafic sur les sites internet dédiés à la discipline.

Le MMA touche déjà plus d'1,2 milliard de foyers dans le monde, il est retransmis dans 158 pays via notamment l'UFC, le plus grand organisateur américain de compétitions.