L'Equipe et France Bleu révèlent ce vendredi les salaires des joueurs de Ligue 1. A côté des énormes paies des grandes stars, une majorité de clubs attribue des "petits" salaires.

Le Parc des Princes à Paris, où les joueurs sont les mieux payés
Le Parc des Princes à Paris, où les joueurs sont les mieux payés © AFP / Loïc Venance

Le défenseur du PSG Thiago Silva, champion toutes catégories, touche un salaire mensuel brut estimé à 1 050 000 euros. Son dauphin, l'attaquant parisien Angel Di Maria, touche 150 000 euros de moins, avec un salaire mensuel estimé à 900 000 euros. Le podium est complété par un troisième Parisien, Edinson Cavani, à 800 000 euros bruts mensuels estimés.

Ce sont les salaires colossaux touchés par les plus grosses stars de la Ligue 1 de football en France, selon une enquête de l'Équipe publiée ce vendredi, en partenariat avec France Bleu. Dans le top 10 des joueurs les mieux payés, le PSG et ses superstars truste sept des dix places.

À LIRE AUSSI :L'enquête complète à retrouver sur le site de France Bleu

Les écarts se creusent entre petits et gros clubs

Mais si l'on regarde un peu au-delà de ce top 10 qui réunit des salaires entre 1 500 000 euros et 420 000 euros par mois (tous les chiffres donnés par l'enquête sont des estimations qui correspondent au salaire brut mensuel, sans primes), on réalise que les écarts sont gigantesques entre les plus grands clubs (Paris, Monaco) et les autres. Le salaire d'un parisien peut être vingt fois plus élevé que celui d'un joueur qui évolue dans un petit club.

Ce qui fait tout de même quelques dizaines de milliers d'euros : le salaire le plus bas recensé par L'Équipe est de 20 000 euros bruts mensuels par mois. Il est touché par une partie des joueurs de Dijon, fraîchement promu en Ligue 1.

Les superstars se partagent la moitié du gâteau

"Le championnat est à plusieurs vitesses : d'un côté le PSG qui plane sur la Ligue 1, derrière des moyens moindres mais avec des joueurs dans les 30 premiers salaires comme à Nice, Monaco ou Lyon et enfin le reste (des joueurs) de la Ligue 1 ont des salaires jusqu'à 20 fois inférieure à ceux du PSG", explique Jérôme Cazadieu, directeur de la rédaction de L'Équipe. Ainsi, les 10% des joueurs les mieux payés (sur les 220 que recense l'enquête) gagnent près de 45% du total des rémunérations.

Le classement fait le grand écart entre les joueurs les mieux payés qui gagnent plus de 200 000 euros bruts mensuels, et les joueurs des clubs plus petits où le salaire ne dépasse pas 70 000 euros. Mais la modestie n'empêche pas les résultats : les trois promus de la saison, Metz, Nancy et Dijon affichent des rémunérations estimées à 25 000 euros brut... mais ils sont mieux classés que Caen, Nantes et Lorient, les lanternes rouges, où les salaires sont pourtant supérieurs.

De la même manière, plusieurs internationaux ont des salaires "modestes" comparés aux superstars : c'est le cas de Yoann Gourcuff, qui touche 60 000 euros bruts mensuels en moyenne à Rennes, ou de l'ex-Bleu Alou Diarra, dont le salaire mensuel moyen brut est estimé à 25 000 euros.

Du côté des entraîneurs aussi, les disparités sont fortes : Unai Emery, le coach du PSG, a un salaire brut moyen estimé à 420 000 euros par mois, là où celui de Lille, Patrick Collot, est à 15 000 euros par mois (soit trois fois moins que le salaire moyen de ses joueurs).

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.