Chaque jour de compétition, zoom sur le ou la nageuse à ne surtout pas manquer dans le bassin de Barcelone.

Dimanche 4 août :Sun Yang

__

Le nouvel Empereur

A seulement 21 ans, le chinois a déjà marqué l’histoire de la natation. Le voilà à 1500 mètres d’un fantastique triplé.

l'or mondial et un record pour le chinois sun yang
l'or mondial et un record pour le chinois sun yang © reuters

Et dire que son entraineur de toujours lui reprochait avant les Mondiaux de passer trop de temps avec sa petite amie, et pas assez dans la piscine… Sun Yang, puni par sa fédération pour ses errements de jeune amoureux, a cloué le bec à tous ses détracteurs. S’il s’impose ce soir sur 1500 mètres, il deviendra le deuxième nageur de l’histoire à réussir le triplé 400/800/1500 dans une même édition, huit ans après l’australien Grant Hackett.

Le prodige n’en est pas à son premier fait d’armes. Avant Barcelone, Sun Yang était déjà double médaillé d’or Olympique et deux fois champion du Monde, en battant au passage le record du monde du 1500m détenu jusque là par… Grant Hackett. Et c’est d’ailleurs avec l’ancien entraineur de l’Australien qu’il a préparé ces Mondiaux. Sun Yang, la machine à gagner, impressionne à chaque course avec sa technique de nage réglée au millimètre. Les français du relais 4x200m peuvent en témoigner : vendredi Sun Yang, en dernier relayeur, a crucifié les bleus pour offrir à la Chine la médaille de bronze. Ah oui au fait, Sun Yang est AUSSI vice-champion Olympique du 200m nage libre…

Samedi 3 août :Florent Manaudou

L’effet surprise en moins

Etonnant champion Olympique il y a un an à Londres, Florent Manaudou ne peut plus se cacher à Barcelone. Et ça tombe bien, le nageur français porte à merveille le costume de favori.

Manaudou frère et soeur aux JO
Manaudou frère et soeur aux JO © Reuters / Toby Melville

C’est l’une des images fortes des derniers JO côté français. Florent Manaudou vient de remporter l’or sur 50 mètres nage libre dans un Aquatics Centre bouche bée. Sa sœur Laure se jette dans ses bras sur le bord de la piscine. En quittant Londres, Florent Manaudou n’est plus que le « frère de » mais un champion Olympique, avec tous les avantages et les inconvénients que cela implique. Le nageur de 22 ans est désormais l’homme à battre sur 50 mètres et ses rivaux des JO attendent avec impatience de pouvoir prendre leur revanche à Barcelone.

Florent Manaudou s’est donc préparé en conséquence. Le physique d’abord (il a pris quinze kilos de muscles ces deux dernières années), et le mental pour supporter la pression de la concurrence comme le russe Vladimir Morozov qui l’a battu aux Mondiaux en petit bassin l’an dernier. Le Français devra aussi se méfier du brésilien Cesar Cielo, double champion du Monde sur 50 mètres et de l'américain Nathan Adrian. Face à la meute, Florent Manaudou annonce la couleur : après son titre dimanche sur 4x100m, il veut l’or encore… Histoire de faire aussi bien que sa sœur, titrée deux fois aux Mondiaux de Melbourne en 2007.

La phrase

Je cherche la médaille d'or. Faire un podium c'est déjà super à ce niveau de compétition mais je suis venu pour faire l'or sur 50m

Vendredi 2 août :Ranomi Kromowidjojo

Sprinteuse au ralenti

Championne olympique à Londres sur 100 mètres, Ranomi Kromowidjojo tentera le doublé ce soir en finale des Mondiaux, mais la nageuse néerlandaise est à Barcelone sans certitude.

Son credo : l’union fait la force. A 22 ans, Ranomi Kromowidjojo s’est déjà taillée une sacrée réputation par équipe. Sur le 4x100m, elle collectionne les médailles avec six podiums en grand bassin, mondiaux et JO confondus. Le dernier en date, dimanche dernier avec le bronze du relais des Pays-Bas, dès le premier jour des mondiaux. Seule, la néerlandaise a mis plus de temps pour arriver au sommet. Ranomi Kromowidjojo explose enfin en 2010 lorsqu’elle frôle le record du monde sur 100m. Le timing est parfait. Deux ans plus tard aux Jeux de Londres, la nageuse remporte l’or sur 50m et 100m, ses premiers titres en individuelle dans une compétition internationale en grand bassin.

L’année post-olympique est plus pénible. Au classement des meilleures performances mondiales de la saison, Ranomi Kromowidjojo n’occupe que la septième place avec un chrono de 53’’83 réalisé en avril devant ses supporters aux Pays-Bas…. L’australienne Cate Campbell, favorite du 100m pour ces Mondiaux, nage une seconde et demi plus vite. L’écart est sans doute trop grand, mais les deux rivales se retrouveront dimanche sur 50m pour la revanche. Une distance sur laquelle Kromowidjojo et Campbell ont cette fois fait jeu égal toute la saison.

Revoir le titre olympique de Ranomi Kromowidjojo sur 100m à Londres

Jeudi 1er août :James Magnussen

Le blagueur repenti

L’australien avait fait parler de lui lors des derniers Jeux Olympique à Londres, pour ses médailles mais aussi pour ses frasques extra-sportives avec ses copains nageurs australiens. A Barcelone, James Magnussen veut redorer son image.

Incompréhensible… Au lendemain des JO, la fédération australienne de natation cherche à comprendre le fiasco. Pour la première fois depuis 36 ans, ses nageurs terminent la quinzaine olympique sans le moindre titre individuel. James Magnussen, champion du monde un an plus tôt à Shanghai et grandissime favori du 100m, échoue à la deuxième place pour un centième. Les cadres de la natation australienne auraient pu se contenter de l’argent, si Magnussen n’avait pas déjà été l’un des acteurs de la grande débâcle du 4x100m quelques jours plus tôt. L’Australie, annoncée au sommet de son art, reste au pied du podium.

Il faut des coupables et des mois plus tard, un rapport révèle les coulisses de l’équipe australienne de natation… On y apprend par exemple qu'à quelques jours des Jeux, James Magnussen et ses coéquipiers du relais 4x100m ont participé à un bizutage en avalant de puissants sédatifs pouvant provoquer des hallucinations.

James Magnussen et d’autres nageurs seront sanctionnés pour leurs dérapages. Aujourd’hui, l’australien veut tourner la page et conserver son titre acquis il y a deux ans. Mais la bataille pour l’or dans ce 100m s’annonce serrée avec l’américain Nathan Adrian ou encore le russe Vladimir Morozov.

La phrase

Je sens que j'ai beaucoup gagné en expérience cette année et je suis plus sage.

Mercredi 31 juillet : Chad Le Clos

Tombeur de légende

Le Sud-Africain est devenu une star après un 200 mètres papillon d’anthologie lors des derniers JO de Londres. A Barcelone, Chad Le Clos veut confirmer qu’il est bien le nouveau maître de la discipline.

« Chad qui ? » « Mais si tu sais, Chad Le Clos, celui qui a fait tomber Michael Phelps ! » Aux Jeux Olympiques de Londres, le nageur sud africain a marqué les esprits. Nous sommes le mardi 31 juillet 2012 (un an jour pour jour!), dans la dernière longueur de la finale du 200 mètres papillon. La victoire semble promise, comme d’habitude, au Roi Phelps, mais dans les derniers mètres, Chad Le Clos ose le crime de lèse-majesté. Le natif de Durban s’impose pour 5 centièmes face à son idole de toujours. Un véritable exploit, car l’américain n’avait pas perdu cette course depuis 10 ans.

A Barcelone, Phelps n’est plus là. Chad Le Clos devrait donc se sentir un peu seul car la concurrence ne semble pas en mesure de lui voler la vedette sur le 200 mètres papillon. Ce serait son premier titre mondial en grand bassin... Avec ses 26 médailles de champion du Monde, Michael Phelps a cette fois une grosse longueur d’avance sur son tombeur.

Mardi 30 juillet : Missy Franklin

Missy, « le missile »

Après la retraite de la légende Michael Phelps, la natation américaine a trouvé sa nouvelle star. A peine majeure, Missy Franklin est à Barcelone pour collectionner les médailles.

Née pour être nageuse. Missy Franklin part avec un sacré avantage sur ses rivales. Elle chausse du 46, ce qui fait dire à son père qu’elle a des « palmes incorporées ». Avec ses grands pieds, l’américaine, qui aurait pu choisir de nager pour le grand voisin canadien, va vite et elle l’a déjà prouvé. Elle est repartie de Londres l’été dernier avec cinq médailles olympiques, quatre en or et une en bronze. A Barcelone, Missy Franklin n’a pas perdu en appétit. Elle est inscrite sur cinq épreuves individuelles : le 50 mètres, 100 mètres et 200 mètres dos, le 100 mètres et 200 mètres nage libre sans oublier trois courses par équipe ! Cinq et trois qui nous font huit ! Phelps a déjà gagné autant de médailles d’or en une compétition, c’était aux JO de Pékin en 2008, mais personne n’a pu réaliser cet exploit lors des Mondiaux. Après un premier succès en or dimanche en relais, Missy Franklin peut poursuivre sa moisson de titres aujourd'hui sur le 100 mètres dos. Dans cette discipline « Missy le missile » est, sur le papier, hors de portée de tirs de ses adversaires.

La phrase

Huit épreuves, c'est beaucoup, mais je suis très excitée. Je me suis entraînée très dur et j'ai travaillé les petits détails, alors j'espère que ça va porter ses fruits.

Lundi 29 juillet : Frédérick Bousquet

Le 50-50 papillon

A 32 ans, le « papy » de l’équipe de France a encore faim de podiums. Pourquoi pas aujourd’hui sur le 50 mètres papillon, une course qui se jouerait presque à pile ou face à en croire l’intéressé.

Frédérick Bousquet rêve d'un nouveau podium à Barcelone
Frédérick Bousquet rêve d'un nouveau podium à Barcelone © MaxPPP / MaxPPP

Le catalan a pris un petit coup de vieux en arrivant à Barcelone. Il y a 10 ans, c’est dans cette ville qu’il remportait sa première médaille dans des championnats du Monde, du bronze sur le 4x100 mètres. Cette fois pas de relais, pour ses sixièmes mondiaux Frédérick Bousquet se concentre sur les petites distances. Il disputera le 50 mètres nage libre dans quelques jours et aujourd’hui, il est en finale du 50 mètres papillon. Le nageur de Marseille a réalisé hier le quatrième chrono des demi-finales et il détient la meilleure performance mondiale de l’année. Un comble pour quelqu’un qui ne se sent pas l’âme d’un papillonneur. Dans cette course « ça se joue à rien » prévient Bousquet, chaque finaliste peut accrocher la médaille. Alors à la loterie du papillon, le français espère boucler la boucle. Le bronze encore dix ans après ? Il signe tout de suite. Ce serait en tout cas une belle revanche personnelle après avoir raté les derniers jeux Olympiques à Londres.

Le bronze de Bousquet avec le 4x100m aux Mondiaux 2003 de Barcelone

Dimanche 28 juillet : Camille Muffat

Un 400 à croquer... pour commencer

La nageuse de 23 ans peut remporter la première médaille de la France dans ces Mondiaux. Elle est la grande favorite du 400m, alors pas de fausse modestie, Camille Muffat vise l’or, rien que l’or. Un premier titre pour rêver d'un doublé.

camille muffat
camille muffat © reuters / reuters

Irrésistible sur 400m avec la meilleure performance mondiale de l’année, la niçoise semble intouchable. Il y a un an à Londres, Camille Muffat décrochait l’or olympique sur cette distance, mais il manque encore à son palmarès le titre de championne du Monde. Lors des derniers mondiaux de natation à Shanghai en 2011, elle s’était contentée du bronze. Preuve que la française est devenue reine dans sa discipline, ce résultat serait vécu comme une déception à Barcelone.

Sûre de sa force, Camille Muffat espère bien toucher l’or deux fois en Espagne. Après le 400m, la nageuse vise le titre sur 200m. Là encore, elle détient la meilleure performance mondiale de l’année sur la distance. Un doublé 400/200 manqué de peu aux JO de Londres avec une médaille d’argent sur 200m.

La phrase

Camille Muffat veut faire coup double à Barcelone
Camille Muffat veut faire coup double à Barcelone © reuters / reuters

> Je n'ai pas envie de me faire battre sur le 400m. Je n'y pense même pas.

Mots-clés :
Derniers Articles
Culture
Pastelikos de Daniella Leher
29 juin 2017
Culture
Sole normande
29 juin 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.