Patrice Dominguez en 2014
Patrice Dominguez en 2014 © Maxppp / M Esdourrubailh

Ancien grand joueur de tennis, deux fois numéro un français et dauphin de Yannick Noah en 1979, Patrice Dominguez est décédé dimanche à 65 ans. Loin d'abandonner les courts à la fin de sa carrière, il leur est resté fidèle comme entraîneur et commentateur.

C'est à la télévision, en plein Paris-Roubaix, que les téléspectateurs de France 2 ont appris la nouvelle. Un nom et une voix que beaucoup connaissaient bien, puisque Patrice Dominguez fut longtemps le spécialiste tennis sur France Télévisions , de 1992 à 1998. Il y commenta pendant six ans les matchs de Roland-Garros et de la Coupe Davis.

Il faut dire que l'homme maîtrisait son sujet. En simple, dans les années 70, il accède par deux fois aux huitièmes de finale de tournois du Grand Chelem : à Roland-Garros (en 1971) et à l'Open d'Australie (1973). En double, il remporte sept titres, notamment avec Patrick Proisy. En 1976 et 1978, il est même numéro un français , un titre qu'il cède en 1979 à un certain Yannick Noah.

Des courts au micro

En 1981, Patrice Dominguez arrête le tennis en tant que joueur. Entretemps, il est devenu le premier tennisman français à être passé de l'autre côté pour devenir commentateur sportif , une pratique devenue courante depuis. Il ira de chaîne en chaîne pendant plus de 30 ans (Antenne 2, Europe 1, La Cinq, France Télévisions, RMC, ou dernièrement W9...)

En parallèle, il poursuit sa carrière de cadre dans le tennis français, comme entraîneur d'Henri Leconte en 1985, qu'il portera jusqu'à une fameuse finale de Roland-Garros en 1988 contre le Suédois Mats Wilander.

Henri Leconte se souvient d'un homme passionné (au micro de Vincent Pellegrini)

Il sera aussi capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis en 1990, puis directeur technique national de la Fédération française de tennis de 1994 à 1996, un poste qu'il retrouve en 2005 avant d'être licencié en 2009.

Il était également l'époux de l'animatrice Cendrine Dominguez.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.