Ce n’est pas la première fois que l'US Quevilly brille en Coupe de France : une finale en 1927 avant l’ère du football pro, une demi-finale en 1942 et une autre il y a 42 ans.

Et en 1968 on en parlait déjà sur France Inter. A l’époque au micro on trouvait Jean-Pierre Elkabbach, Paul Laporte et Michel Delafosse, arrière central de Quevilly.

Les anciens de l'épopée de 1968 se souviennent (Nour-Eddine Zidane)

La veille de la demi-finale on était tous au travail.

Les ouvriers-footballeurs Michel Delafosse, Jean-Claude Lemaire, Gérard Cracque, Jean-Pierre Popelin et tous les acteurs de l’aventure de 1968 sont invités au match ce soir.

A l’époque, le président du club était aussi leur patron et celui d’une entreprise de chantiers navals.

Il était également le patron de Michel Mutel. Cela fait 56 ans qu’il travaille pour l’US Quevilly. Il a connu les heures les plus sombres (dissolution en 1978 et rétrogradation au plus bas niveau départemental) comme les plus heureuses : demi-finales de Coupe de France en 1968 et en 2010.

Aujourd’hui il est l’heureux président délégué de l’Union Sportive Quevillaise.

Michel Mutel (Nour-Eddine Zidane)

1968-2010, peut-on comparer ces deux aventures quevillaises ?

Aujourd’hui plusieurs joueurs s’entraînent tous les jours et dans le groupe 7 joueurs bénéficient de contrats dits fédéraux et pratiquent le football à plein temps. Le mieux payé touche 2500 euros bruts par mois, soit 140 fois moins que Claude Makelélé au PSG.

Il y a aussi des employés de supermarché. Il faut dire que le président de l’USQ gère un établissement du même groupe de distribution et pour eux, les horaires sont aménagés.

Pour d'autres comme Fodié Traoré, formé au PSG, c'est moins évident. Son travail le conduit à rater des entrainements.

Fodié Traoré (Nour-Eddine Zidane)

En 1968 les joueurs de Quevilly parlent du match qui va opposer leur équipe à Dunkerque en quarts de finale de la Coupe de France

Voir la vidéo sur www.ina.fr

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.