michel platini s'élève contre les insinuations de corruption
michel platini s'élève contre les insinuations de corruption © reuters

Michel Platini, actuel président de l'UEFA, a mis fin au suspense : il est candidat à la tête de la Fifa, pour remplacer Sepp Blatter, démissionnaire. Depuis plusieurs semaines déjà, il menait campagne partout dans le monde pour évaluer ses chances.

Il a annoncé sa décision dans une lettre envoyée directement aux 209 présidents et secrétaires généraux des associations membres de la Fifa. Elle a été en partie publiée sur le site de l'UEFA, qu'il préside depuis 2007. Michel Platini espère donc prendre la tête du football mondial, et prendre la suite de Sepp Blatter.

C'est une décision très personnelle, mûrement réfléchie, dans laquelle se mêlent les considérations propres à l'avenir du football et celles qui tiennent à mon propre parcours. (...) C'est aussi la conséquence des chaleureux témoignages d'estime, de soutien et d'encouragement que nombre d'entre vous m'ont prodigués.

Membre du comité exécutif de la Fifa depuis 2002, il explique dans cette lettre que l'instance n'a connu que deux présidents en "presque un demi-siècle", alors que le football s'est profondément transformé et que les enjeux économiques sont devenus pharaoniques. Il considère donc que la Fifa doit maintenant se réformer.

Il y a deux mois, Sepp Blatter a été contraint à la démission, pris dans un vaste scandale de corruption, alors qu'il présidait la Fifa depuis 1998 et qu'il venait d'y être réélu.

Une candidature qui ne fait pas l'unanimité

Les candidatures doivent être déposées d'ici le 26 octobre, pour une élection le 26 février 2016 à Zurich (au siège de la Fifa). Michel Platini est d'ores et déjà donné favori par les bookmakers.

Pour l'heure, trois autres candidats se sont déclarés : l'ancien international brésilien Zico, l'ex-ailier de l'équipe de France David Ginola, et l'actuel président de la Fédération du Libéria, Musa Bility. Mais leurs chances paraissent relativement modestes.

D'autres candidats pourraient encore se faire connaître, notamment Chung Mong-joon, ancien vice-président de la Fifa, et le prince Ali ben Hussein, demi-frère du roi Abdallah de Jordanie. Ce dernier a d'ailleurs été sévèrement éconduit lors de la dernière élection et dénonce la candidature de Michel Platini. Dans un communiqué, il estime que "Les fans de foot et les joueurs méritent mieux. (...) La culture des arrangements en coulisses, en sous-main, doit prendre fin".

La carrière de Michel Platini
La carrière de Michel Platini © IDE
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.