Le “rikishi” japonais Kisenosato a été élevé lundi au plus haut grade des lutteurs de sumo. Une fierté pour le pays, qui n’avait pas vu un Japonais à ce rang depuis 1998.

Kienosato a remporté tous les tournois de sumo officiels de l'année 2016, et le premier en 2017
Kienosato a remporté tous les tournois de sumo officiels de l'année 2016, et le premier en 2017 © AFP / JIJI PRESS

Cela faisait dix-neuf ans que le Japon attendait cela : pour la première fois depuis 1998, un lutteur de sumo (“rikishi”) de nationalité japonaise s’est élevé au plus haut rang existant dans ce sport ancestral. Kisenosato est devenu le 72e “yokozuna” de l’histoire de la lutte sumo.

Cinq grands champions étrangers

En 2016, Kisenosato a enchaîné six victoires lors des grands tournois de sumo, avant de décrocher la septième lundi lors du Tournoi du Jour de l’An, l’un des plus importants au Japon. Avant lui, aucun Nippon n’avait gagné un seul tournoi depuis 2006. Le dernier Japonais, parmi les “yokozuna”, était le 66e : Wakanohana, qui a obtenu ce grade en 1998, mais a pris sa retraite en 2000.

Depuis, seuls des lutteurs étrangers avaient accédé à ce grade : un Samoan (Musashimaru) en 1999, puis quatre Mongols en 2003, 2007, 2012 et 2014. Avant cela, il n’y avait eu dans l’histoire de la lutte sumo qu’un seul non-Japonais à accéder au titre suprême, le Hawaïen Akebono Taro en 1993, devenu depuis catcheur aux Etats-Unis.

Perte d'intérêt

En vingt ans, le Japon a connu une perte d’intérêt assez forte des jeunes générations pour la pratique du sumo : dans une enquête réalisée en 2013, le Monde rapportait qu’en 2012, seuls 56 jeunes Nippons avaient postulé pour intégrer l’une des 45 grandes écuries de sumo au Japon. En 1992, ils étaient 200. La domination des joueurs étrangers, additionnée à quelques affaires de matches truqués, ont relégué cette pratique pourtant liée à la religion shintoïste au second rang.

Pour faire face à cette désertion, l’Association japonaise de sumo (JSA) a interdit aux écuries de prendre sous leur aile plus d’un joueur étranger. Ce qui fait tout de même potentiellement 45 joueurs étrangers sur le parcours des tournois. La série de victoires de Kisenosato et son nouveau grade de “yokozuna” pourraient relancer la machine.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.