Benzema alimente la polémique
Benzema alimente la polémique ©

Didier Deschamps a "cédé à la pression d'une partie raciste de la France" : Karim Benzema justifie son absence en équipe de France pour l'Euro en relançant la polémique sur le racisme engagée la semaine dernière par l'ex-international Eric Cantona.

A neuf jours de l'Euro de football (qui aura lieu en France du 10 juin au 10 juillet), Karim Benzema, écarté des Bleus à cause de sa mise en examen dans l'affaire du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, accorde une interview au quotidien sportif espagnol Marca de ce mercredi.

Meilleur buteur de l'équipe de France, l'attaquant d'origine algérienne du Real Madrid (28 ans, 81 sélections, 27 buts) appuie son propos en rappelant les récents scores en France du Front national.

Je ne pense pas que Didier Deschamps soit raciste (...) mais je pense qu'il a cédé à une partie raciste de la France. Je ne sais pas pour autant si c'est une décision qui vient de Deschamps parce que je m'entends bien avec lui et le président, déclare Karim Benzema .

Présent en Autriche aux cotés des Bleus pour un stage de préparation, Noel Le Graet, le président de la Fédération française de football, a réagi aux propos de Benzema ce mercredi :

Je l'aime bien, je vais pas changer d'idée parce qu'il y a un article. Je retiens qu'il aime bien l'équipe de France, qu'il veut revenir, je ne répondrai plus aux mots de racisme concernant la Fédération ou son sélectionneur. Vous savez bien que la Fédération accepte les gens de toutes origines et de toutes confessions, et qu'elle ne fait pas pression pour le départ de l'un ou l'autre".

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports déclare sur France Inter :

On peut comprendre le dépit ou la déception de M. Benzema, mais en aucun cas ces propos ne peuvent être acceptables par rapport à la personnalité ou les choix sportifs de M.Deschamps.

Le secrétaire d'Etat aux Sports Thierry Braillard avait qualifié les propos de Benzema d' "injustifiés et inacceptables", plus tôt mercredi matin sur Twitter.

"Cette déclaration est absolument scandaleuse", a réagi sur France Info Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains), candidate à la primaire de la droite.

Le député socialiste Benoît Hamon a en revanche estimé sur Europe 1 que Benzema avait "raison de dire que nous sommes dans un pays où le racisme augmente", tout en jugeant que "Deschamps n'est pas raciste".

Une polémique relancée plusieurs fois

La polémique sur l'absence de Benzema (et Hatem Ben Arfa) à l'Euro est née la semaine dernière après les déclarations de l'ancien joueur Eric Cantona jeudi dans une chronique au Guardian. Il soupçonnait Deschamps de ne pas avoir retenu Karim Benzema et Hatem Ben Arfa pour l'Euro-2016 en raison de leurs "origines nord-africaines".

Le comédien Jamel Debbouze a appuyé les propos de Cantona lundi 30 mai dans le quotidien France Football :

"Benzema et Ben Arfa payent la situation sociale de la France d'aujourd'hui" a déclaré Jamel Debbouze.

Ennuis judiciaires

Benzema a été déclaré non selectionnable par la Fédération française de football en raison de sa mise en examen, le 5 novembre 2015, pour "complicité de tentative de chantage" sur son coéquipier en équipe de France Mathieu Valbuena et "participation à une association de malfaiteurs". Il risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. Il est soupçonné d'avoir encouragé Valbuena à payer des maîtres chanteurs qui voulaient le faire chanter avec une vidéo intime.

"Ils m'ont déclaré non-sélectionnable, bien. Mais sur le plan sportif, je ne comprends pas pourquoi, et sur le plan judiciaire, je ne suis pas encore jugé et je suis présumé innocent. Il faudra attendre que la justice se prononce", affirme Benzema.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.