À presque 36 ans, le champion suisse continue à jouer sans signe de faiblesse, bien au contraire. Après une pause de six mois, il s'envole dans le classement ATP et vise le sommet.

Roger Federer à l'Open de Miami le 2 avril 2017
Roger Federer à l'Open de Miami le 2 avril 2017 © Reuters / USA Today Sports

Roger Federer ne cesse de repousser les frontières du temps. Les années passent mais il est toujours là, à 35 ans et 7 mois. Un âge où certains ont déjà pris leur retraite, mais où il joue encore et de mieux en mieux. Il semble même avoir rajeuni de dix ans : Federer vient de remporter coup sur coup l'Open d'Australie, Indian Wells et Miami, un triplé qu'il avait déjà réussi, en 2006.

Le joueur est bluffant et lui-même s'étonne de se voir aussi bon, aussi haut, aussi vite. Federer avait mis sa carrière entre parenthèses durant six mois, en 2016 pour soigner un genou douloureux, avant de revenir cette année : une pause forcée qui s'est transformée en cure de jouvence. Il a profité de cet arrêt pour se reposer, recharger les batteries et améliorer sa technique, notamment en revers. Et surtout, il est revenu sans pression, avec simplement l'envie de se faire plaisir sur le court.

De la 17e à la 4e place en trois mois

Et du plaisir, il en prend et tellement que Federer semble inarrêtable : il n'a perdu qu'un seul des 20 derniers matches qu'il a disputés cette année, et Il est passé en trois mois de la 17e à la 4e place mondiale. Mais Federer va maintenant ralentir la cadence. Il a décidé de ne disputer aucun tournoi sur terre battue avant Roland-Garros, un choix stratégique dicté par sa volonté de se reposer.

Je suis très fatigué depuis trois mois, j'ai beaucoup plus joué que prévu. L'année dernière, j'ai souffert sur terre battue avec le genou, alors on s'est dit qu'il valait mieux faire moins de terre et rester sur dur les prochaines semaines et mois. Je vais revenir sur terre deux semaines avant Roland-Garros, en fonction de comment se passe ma préparation.

Federer abordera Roland Garros avec des ambitions limitées car son objectif, c'est Wimbledon. Peut-être même l'US Open, voire la place de numéro un mondial, un sommet qu'il n'a plus atteint depuis 4 novembre 2012.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.