rugby féminin 2
rugby féminin 2 © / John O'DALY

Larges victoires, stades pleins, audimat record ... Le XV de France dames a déjà conquis les cœurs français, malgré sa défaite mercredi soir face au Canada.

Terrible désillusion pour les françaises, dominées par des Canadiennes et éliminé de la Coupe du monde dames en demi-finale par le Canada (18-16). Peut-être inhibées par la pression, les Bleues se sont montrées fébriles et ont été largement dominées en conquête, notamment en mêlée fermée. Des Bleues néanmoins chaleureusement applaudies par les spectateurs de Jean-Bouin qui affichait complet. 20 000 spectateurs présents pour voir les joueuses françaises, toutes amatrices.

On est loin des 5 000 personnes en moyenne lors des matchs de poule qui avaient lieu dans le plus modeste stade de Marcoussis. Le superbe parcours des bleues en phase de poules, trois victoires en trois matchs sans encaisser le moindre essai (26-0 contre le Pays de Galles, 55-3 face à l'Afrique du Sud et 17-3 contre l'Australie), dans une coupe du monde à domicile, les a fait sortir de l'ombre.

C'est donc le Canada qui disputera sa première finale dimanche, contre l'Angleterre. Les Françaises devront se contenter de la petite finale, face à l'Irlande (16h30).

La diffusion télé booste l'engouement

La diffusion des matchs sur deux chaines de télévision, France 4 et Eurosport, a participé évidemment à cet engouement naissant pour l'équipe de France de rugby féminin. Les scores d'audimat des matchs des bleues grimpent depuis le début de la compétition : un million de téléspectateurs contre le Pays de Galles, 1,5 millions face à l'Afrique du Sud et deux millions pour l'Australie.

Une étape supplémentaire dans le développement du sport féminin

Selon, Béatrice Barbusse, sociologue spécialiste du sport à l'université Paris-Créteil, ce mondial de rugby féminin marque déjà "une étape supplémentaire dans le dévelloppement du sport féminin" en France.

Béatrice Barbusse, sociologue spécialiste du sport à l'université Paris-Créteil

Sport féminin : seulement 7% des retransmissions sportives à la télé

Pour faire avancer les mentalités sur des sports comme le rugby ou le football, Patrick Mignon, sociologue spécialiste du sport, estime qu'"il faut parvenir à créer un public tout en faisant tomber les préjugés qui en font des sports d'hommes. La Coupe du monde actuelle provoquera peut-être un effet d'entraînement."

Le retard du sport féminin en terme de médiatisation est considérable. Il ne représente que 7% de l'ensemble des retransmissions sportives à la télévision et est diffusé à 95% sur les chaînes payantes, selon les derniers chiffres du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Et parmi ces 7%, les sports collectifs sont écrasés par les sports individuels, tennis, athlétisme et ski en tête.

Le football et le rugby ont 100 ans de retard

rugby féminin supporters
rugby féminin supporters © / John O'DALY

"Des sports féminins individuels sont installés depuis longtemps. Mais les sports collectifs comme le football et le rugby ont 100 ans de retard. Or, ce sont ceux qui drainent le plus de téléspectateurs", explique Patrick Mignon. Pour offrir une meilleure visibilité aux disciplines féminines, le CSA a organisé en février les "24h du sport féminin", en partenariat avec une centaine de médias. Un fonds de soutien d'un million d'euros a également été débloqué pour aider les fédérations à financer la production d'images télévisuelles de sport féminin et de handisport.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.