Thomas Coville est arrivé sur la rade de Brest à 9h30, ce matin, après avoir atomisé le record du tour du monde à la voile en solitaire, en 49 jours.

Thomas Coville est arrivé en héros à Brest
Thomas Coville est arrivé en héros à Brest © Maxppp / David Ademas

Sous un grand ciel bleu, le navigateur breton était ému en arrivant dans le port de Brest, à bord de son trimaran Ultim' Sodebo. Des centaines de personnes l'attendaient pour acclamer le nouveau recordman du tour du monde à la voile en solitaire : 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Après 4 tentatives malheureuses pour battre le record de Francis Joyon en 2008 (57 jours, 13 heures, 34 minutes), Thomas Coville y est enfin parvenu.

Au micro de Fabrice Rigobert, le skipper breton a insisté surle rôle essentiel de la technologie dans son succès. "C'est fabuleux ces sports qui sont si vivants grâce à la technologie. Elle nous fait aller plus vite, plus loin, elle permet de réaliser des rêves. J'ai envie de dire à tous ces gens qui ont peur de la technologie : profitez-en! C'est le sens de la vie, c'est le sens de l'humanité."

Thomas Coville portait un message plus politique après ce tour du monde éprouvant. "_Il ne faut pas se laisser prendre par cette spirale du "demain sera moins bon", de la peur de l'autre. Aujourd'hui quand on a un rêve on peut le réaliser. Si ma vie d'athlète peut servir à le montrer, elle aura du sens._"

A peine le pied posé sur la terre ferme, le navigateur a de nouveaux projets. "Mon rêve de marin, c'est d'organiser une course. C'est ce que l'on avait imaginé avec François [Gabart, tenant du titre du Vendée Globe], Armel Le Cléa'ch [en tête du Vendée Globe en cours] et Yves Le Blevec [vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 2011], c'est d'organiser un tour du monde en multicoque, mais en course et en partant de Brest. Ça, ça aura lieu en 2019."

Après 49 jours seul en mer, Thomas Coville était fatigué, mais l'appel du large se fait déjà sentir. Aujourd'hui, le skipper se sentait capable de tout :"Un jour comme aujourd'hui, vous n'avez pas peur de grand chose."

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.