33 marins prennent le départ du Vendée Globe : un tour du monde en solitaire et sans escale qui s’élance ce dimanche des Sables d’Olonne. Sur la ligne de départ il y a 6 femmes, un record ! Il n’y en avait aucune il y a 4 ans lors de la précédente édition. Parmi ces navigatrices, la Franco-Allemande Isabelle Joschke.

Isabelle Joschke est l'une des 6 femmes à prendre le départ de ce tour du monde. Elle a fait installer un vélo couché pour manœuvrer plus facilement ses voiles
Isabelle Joschke est l'une des 6 femmes à prendre le départ de ce tour du monde. Elle a fait installer un vélo couché pour manœuvrer plus facilement ses voiles © Radio France / Jérôme Val

C’est le genre de détail qui peut faire la différence. Isabelle Joschke a installé à l’arrière de son bateau (MACSF) un vélo couché qui va l’aider à lever les voiles. "Là, je suis en train de hisser la grand voile", explique la navigatrice en train de pédaler. Ce vélo, fabrication maison avec de gros cale-pieds pour pouvoir y glisser des bottes, peut être déplacé en fonction du mouvement du bateau. "Je suis un petit gabarit, j’ai moins de force, constate la Bretonne d’adoption. Il faut aller chercher les ressources partout où il y en a. L’idée, c’est de pouvoir alterner entre les bras et les jambes pour trouver de l’énergie quand je n’en ai plus dans les bras." Isabelle Joschke a calculé : les jambes peuvent produire 30% d’énergie en plus par rapport aux bras. Utile quand il faut multiplier les efforts dans une mer démontée !   

La navigatrice basée à Lorient n’a rien laissé au hasard pour son premier tour du monde. Isabelle Joschke a mis un soin particulier pour sa nourriture afin de passer plus de deux mois et demi en mer sans se priver. Elle embarque des œufs frais, mis en sécurité dans un espace dédié pour éviter la casse. Et elle va se concocter des recettes pour le plaisir, même si à bord, il n’y a pas de frigo et s’il faut voyager léger. "J’aime bien cuisiner et en plus j’ai plutôt de l’appétit, raconte-t-elle devant la cuisine de son bateau, un simple réchaud et une bouilloiree . J’ai une envie et je peux me faire une crème dessert, genre une panna cotta avec de l'agar-agar, du lait de coco, des framboises déshydratées en poudre. Ou alors du riz au lait de coco. Ce sont un peu mes desserts doudous.

Isabelle Joschke explique que le tour du monde est devenu l’objectif de sa vie depuis ses premières navigations au large au milieu des années 2000
Isabelle Joschke explique que le tour du monde est devenu l’objectif de sa vie depuis ses premières navigations au large au milieu des années 2000 © Radio France / Jérôme Val

"Quand j’étais gosse, je rêvais de traverser le lac en optimist, ça n’allait pas plus loin"

"Le Vendée Globe, ce n’est pas un rêve d’enfant", se souvient la native de Munich en Allemagne. "Mais j’avais des envies d’aventures et de solitude", poursuit-elle. Le tour du monde est devenu l’objectif de sa vie depuis ses premières navigations au large au milieu des années 2000. Tout en admettant qu’il avait fallu du temps "pour se sentir prête à manœuvrer un bateau de cette taille-là." Maintenant qu’elle y est, elle va découvrir l’ampleur de la tâche : les mers du Sud aux noms poétiques (40e Rugissant et les 50e Hurlant) mais pas de tout repos, comme le fameux Cap Horn. Elle nous confie rêver parfois aux galères à venir.   

"Il faut que les femmes soient plus nombreuses"

Depuis sa création en 1989, seules sept femmes ont pris le départ d’un Vendée Globe (Catherine Chabaud, Ellen MacArthur, Anne Liardet, Samantha Davies, Dee Caffari, Karen Leibovici, Isabelle Autissier). Elles seront six cette année et ce n’est pas assez pour Isabelle Joschke qui a créé en 2012 l’association Horizon Mixité avec une ambition :  "C’est surprenant parce qu’on se dit qu’en 2020, tout est possible et dans ce domaine, il y a encore un petit truc à faire bouger pour se dire que tout est vraiment possible dans la tête des hommes et des femmes. Je me demande si on peut inspirer les jeunes pour que les femmes soient plus nombreuses, pour qu’elles osent se lancer dans ces carrières, dans cette aventure qui est immense mais loin d’être inaccessible."

Le Vendée Globe est depuis ses débuts l'une des courses à la voile les plus exigeantes sur des bateaux qui vont de plus en plus vite
Le Vendée Globe est depuis ses débuts l'une des courses à la voile les plus exigeantes sur des bateaux qui vont de plus en plus vite © Radio France / Jérôme Val

À 43 ans, Isabelle Joschke, chaperonnée par Alain Gautier, vainqueur de l’épreuve en 1993, ambitionne d’abord de boucler ce tour de la planète. Et pourquoi pas, nous avoue-t-elle, accrocher une très belle place au classement.      

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.