Le Vendée Globe pour Armel Le Cléac'h, le tour du monde en solitaire pour Thomas Coville et le Trophée Jules-Verne pour Francis Joyon : ces trois marins ont battu chacun un record.

Le 25 décembre dernier, Thomas Coville établit un nouveau record du tour du monde à la voile en solitaire
Le 25 décembre dernier, Thomas Coville établit un nouveau record du tour du monde à la voile en solitaire © Maxppp / DAVID ADEMAS

C'est sans précédent dans l'histoire de la course au large : ce jeudi matin, Francis Joyon boucle le tour du monde en équipage en 40 jours, record absolu dans l'histoire de la course au large. Le trimaran écrase le précédent record détenu depuis janvier 2012 par un autre français : Loïck Peyron, avec 12 équipiers, en 45 jours 13 heures 42 minutes. Francis Joyon, lui, a choisi de naviguer avec cinq équipiers, sur un maxi-trimaran de 31,5 mètres de long.

Francis Joyon s'y sera pris à 3 fois avant d''accomplir son exploit, avec 5 records de temps de passage: au cap Leeuwin, en Tasmanie, à l'antiméridien, au cap Horn et à l'Equateur (retour).

Le départ de ce tour du monde est une ligne reliant le phare de Créac'h sur l'île d'Ouessant et le Phare du Cap Lizard. Ensuite, il faut naviguer en laissant à bâbord le Cap de Bonne Espérance, le Cap Leeuwin et le Cap Horn puis recouper la ligne en sens inverse.

Trois podium et un record pour le "Chacal" sur le Vendée Globe

Jeudi 19 janvier, à 16h37 très exactement, le marin breton Armel Le Cléac'h a franchi la ligne d'arrivée devant les Sables d'Olonne, s'offrant la 8e édition du Vendée Globe, et un nouveau record. Son temps de course est de 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes, ce qui fait de lui le marin le plus rapide sur la compétition : Armel Le Cléac'h améliore le record de François Gabart de trois jours, 22 heures et 41 minutes. Lors des deux éditions précédentes, le navigateur, surnommé le "Chacal" avait terminé à deux reprise sur la deuxième marche du podium. À 39 ans, il est d'ailleurs devenu le premier marin à finir son troisième Vendée Globe.

► LIRE AUSSI | Armel Le Cléac’h, surdoué de la course au large

Le "49-3" de Thomas Coville

Pour Thomas Coville, la cinquième tentative aura été la bonne. Son tour du monde en solitaire multicoque a pris fin le 25 décembre dernier, à 17h57, lorsqu'il a franchi la ligne d'arrivée virtuelle au large d'Ouessant, 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes après son départ de Brest le 6 novembre, avec huit jours et 10h d'avance sur le précédent record , obtenu en 2008 par un certain... Francis Joyon !

"J'ai tenté, j'ai échoué, je suis tombé, je me suis relevé, je me suis reconstruit" - Thomas Coville

Le marin de 47 ans a parcouru 52.597 km (28.400 miles) , avec une vitesse moyenne de 24,09 noeuds (45 km/h). A son arrivée, Thomas Coville avait laissé éclater sa joie au micro de Fabrice Rigobert : "Vous êtes extrêmement connecté pendant 49 jours avec votre bateau, avec la nature et d'un seul coup, le rêve de dix ans de travail arrive".

"J'ai tenté, j'ai échoué, je suis tombé, je me suis relevé, je me suis reconstruit. C'est toute cette histoire humaine pour arriver à concrétiser tous ces efforts qui est valorisante et que je retiendrai. 49 jours, effectivement c'est un très bon temps mais c'est plus le chemin pour y arriver qui m'émeut et qui est intéressant dans ce grand voyage."

La suite, Thomas Coville l'a déjà en tête : se préparer pour l'exceptionnelle course autour du monde en solitaire et en multicoques qui aura lieu en 2019 au départ de Brest.

► LIRE AUSSI | Avec un tour du monde à la voile en solitaire en 49 jours, Thomas Coville pulvérise le record

► POUR ALLER PLUS LOIN | Comment les skippers sont devenus plus sportifs que marins

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.