Quand les gants de boxe se mêlent aux ballerines : c'est le pari du spectacle "La Boxeuse amoureuse". Une musique d'Arthur H, chorégraphiée et dansée par Marie Agnès Gillot qui invite sur scène le médaillé olympique (de bronze, à Rio) de boxe Souleymane Cissokho. Un trio inattendu, et finalement très réussi.

Répétitions du spectacle "La Boxeuse amoureuse" (de gauche à droite : Marie Agnès Gillot, Souleymane Cissokho, Arthur H)
Répétitions du spectacle "La Boxeuse amoureuse" (de gauche à droite : Marie Agnès Gillot, Souleymane Cissokho, Arthur H) © Radio France / Emma Sarango

Au centre du tapis, qui tient lieu de ring, Souleymane Cissokho en collants noirs, le buste bombé, passe des bandes autour de ses poings. Derrière lui, Marie-Agnès Gillot s'approche à petit pas. L’osmose, elle a tout de suite su qu'elle la trouverait avec le boxeur : "Je l’ai vu boxer, et c’était le plus gracieux, le plus beau en scène. Pourtant j’ai vui les autres champions olympiques à côté de lui… Mais lui, il avait la grâce."

L'aisance aussi, car Souleymane Cissokho a trouvé dans la danse beaucoup de points communs avec la boxe : "On s’entraîne en groupe mais on est seul sur le devant de la scène. On se fait mal, aussi. On se fait même très mal : des heures et des heures à répéter constamment le même mouvement pour avoir vraiment le geste parfait."

"Comme je suis débutante, je lui fous des coups"

Bien sûr, il aura fallu quelques heures de répétition : car même si le boxeur. ne tente pas des pointes ou des entrechats, il cède son corps à la danseuse étoile. "D’habitude, en boxe, on se dit que c’est pas l’adversaire qui va nous imposer son rythme, c’est moi qui vais imposer mon rythme à mon adversaire", s’amuse le médaillé olympique. "Et là, lorsque je suis en corps à corps avec Marie-Agnès, que je me laisse aller, je la laisse me guider, c’est différent."

Et Souleymane Cissokho n'est pas le seul à apprendre : dans le final, la danseuse étoile simule un combat à mains nues, pas toujours sans danger pour son partenaire. "Il rigole parce que moi, comme je suis débutante, je lui fous des coups et il me dit : c’est pas comme ça qu’on fait ! C’est toujours par les débutants que tu te prends un coup, en fait… "

"Un fauve sur le ring, un type paisible et délicieux dans la vie"

En premier spectateur de ce mélange inattendu, Arthur H au piano découvre lui aussi une discipline qu'il ne connaissait que de très loin. "J’ai vu plein de fois le film 'When We Were Kings', sur le combat entre Mohamed Ali et George Foreman à Kinshasa", raconte le chanteur. "Là, on voit bien que Souleymane, qui est forcément comme tous les boxeurs un fauve sur le ring, est un type extrêmement paisible et délicieux dans la vie."

Jamais présente dans la salle quand son fils boxe, la maman de Souleymane Cissokho sera dans la salle ce lundi soir. Certaine, pour une fois, que son fils ne prendra pas de coup.

► À VOIR - Le clip original de "La Danseuse amoureuse", d’Arthur H, avec Marie-Agnès Gillot et Roschdy Zem

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix