André

Un spectacle de Marie Rémond

Ecriture collective et jeu Clément Bresson, Sébastien Pouderoux, Marie Rémond

Je suis connu pour mon sens du placement, mon retour, ma hargne. « Je m’appelle André, je suis né le 29 avril 1970 à Las Vegas. » Au départ, un enfant que l’on désigne comme un futur champion, et un ado que l’on pousse. À l’arrivée, un sportif de haut niveau. Mais à l’issue de son dernier match, après trente ans de tennis, de terres et de records battus, l’homme révèle qu’il abhorre le sport dont il est devenu le héros. André déteste le tennis. Il avoue nourrir pour sa discipline une haine obscure et secrète. Performance singulière et libre, traversée de questions graves, André, c’est le parcours initiatique d’un homme dépossédé de ses choix et de ses désirs, une figure mondialement connue qui pratique un sport qu’elle n’a pas choisi et qui devient sa vie. Marie Rémond s’empare de cette matière et entraîne avec elle deux camarades, issus de la même promotion du Théâtre National de Strasbourg.« Nous avons créé ensemble notre propre « André », explique-t-elle, empreint de nos sensibilités, de notre humour, de nos interrogations. » À trois sur le plateau, acteurs et auteurs, ils parcourent un destin exceptionnel pour décortiquer les mécanismes de la pression, les troubles de la création, et la maîtrise du libre-arbitre. « Nous travaillons sur l’écart entre ce que l’on projette sur une personne et son monologue intérieur. » André, exemple singulier, devient une fenêtre vers les absurdités de l’existence. Mais les personnages ici sont des gens comme tout le monde, et pourquoi pas des acteurs en proie aux mêmes questionnements ; tragédies de la vie ordinaire. Mêmes craintes, mêmes failles. À quel point est-on bien l’auteur de ses choix ? Drôle et poignant, André pose les questions du doute et des contradictions dans un portrait inattendu et savoureux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.