Fresque familiale, à l’échelle de l’Europe, Architecture retrace l’histoire brutale d’une famille brillante qui s’apparente à un naufrage.

Architecture
Architecture © Christophe Raynaud de Lage

Pascal Rambert écrit Architecture, l’histoire d’une famille tenue dans la main violente d’un père fou.

Aux lendemains de la première guerre mondiale et aux portes de l’Anschluss, au sein d’une période nourrie d’espoir et de combats, chaque membre de cette famille, aussi brillant soit-il – compositeur, architecte, philosophe, écrivain, scientifique, actrice, peintre – pense encore que donner sa vie pour la pensée et la beauté a un sens. Mais si eux, les plus talentueux des talentueux, n’ont pu empêcher le sang, comment ferons-nous si le sang se présente à nouveau ?

Tous auront combattu pour plus d’intelligence, de maîtrise du monde, de justice. Incapables pourtant d’empêcher l’horreur d’advenir.

Architecture est un memento mori pour penser notre temps.

Pascal Rambert écrit pour des acteurs, inspiré par une présence, un corps, un souffle, une énergie. Presqu’une famille : les uns ont travaillé avec les autres, tous partagent le même amour du théâtre.

Architecture
Architecture / Christophe Raynaud de Lage

Ecrire du théâtre, ce n’est pas juste de la poésie éthérée, ça ne peut pas être flou, il y a une responsabilité vis-à-vis de l’interprétation à la fois interne et externe, c’est-à-dire vis-à-vis de ceux qui portent le texte et de ceux qui le reçoivent… Je crois que l’enjeu profond de la pièce, ce qu’elle raconte très concrètement, c’est ce que la violence fait au corps. Comment elle transforme les corps. Et comment un cerveau éduqué, structuré, cultivé, part en vrille. Comment la raison abdique. Dire n’importe quoi avec des mots, utiliser les mots dans leur contraire, voilà ce que ça fait au cerveau et dans les corps. Et cette violence, elle est tout autant intime, familiale, qu’historique.

Entretien de Pascal Rambert par Marie Plantin

Architecture a été créé en ouverture du Festival d'Avignon, dans la Cour d'honneur du Palais des papes, en juillet 2019.

Architecture
Architecture / Christophe Raynaud de Lage

►►► Distribution

Texte, mise en scène et installation : PASCAL RAMBERT

Lumière : YVES GODIN

Costumes : ANAÏS ROMAND

Musique : ALEXANDRE MEYER

Collaboration artistique : PAULINE ROUSSILLE

Conseiller mobilier : HAROLD MOLLET

Chorégraphe associé : THIERRY THIEÛ NIANG

Professeur de chant : FRANCINE ACOLAS

Avec EMMANUELLE BÉART, AUDREY BONNET, ANNE BROCHET, MARIE-SOPHIE FERDANE, ARTHUR NAUZYCIEL, STANISLAS NORDEY, LAURENT POITRENAUX, JACQUES WEBER, DENIS PODALYDÈS, sociétaire de la Comédie-Française, en alternance avec PASCAL RÉNÉRIC

Source Théâtre National de Bretagne

Architecture
Architecture / Christophe Raynaud de Lage
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.