Guy Cassiers montrait déjà dans "Volfskers", de Jeroen Olyslaegers, trois figures d'autocrates sur le déclin : Lénine, Hitler et Hirohito. Cette fois, dans "Atropa", l'auteur Tom Lanoye a recours aux auteurs grecs classiques (Euripide, Eschyle) pour composer une tragédie en trois actes, avant, pendant et après la guerre de Troie. Guy Cassiers met tout en oeuvre pour que le texte prime. Le rythme est lent, les femmes ressemblent à des statues. Dans la pénombre, armés d'un micro hf, les acteurs (d'abord un peu statiques) font entendre dans un registre intimiste une langue magnifique qui ne tarde pas à bouleverser. La vidéo ici est au service du théâtre. Hélène, drapée de blanc, perchée comme sur une tour de la forteresse de Troie, est témoin et cause de la tragédie à venir. Elle incarne l'incapacité du mélange des deux civilisations, sa passion pour Paris l'oriental conduit à la guerre et à la destruction de Troie, métaphore de l'Irak. L'Occident, peu glorieux, sort vainqueur. "Atropa", theâtre de la ville, Paris

Festival d'Avignon
Festival d'Avignon © Radio France

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.