Elle mériterait qu'on parle d'elle tous les jours. La prêtresse du Soleil est sans doute un gourou, un être autoritaire, mais d'elle, on ne veut garder que la luminosité de la parole et applaudir l'engagement militant qui est le sien. Le théâtre qu'Ariane Mnouchkine invente à plusieurs cerveaux, plusieurs mains, plusieurs corps est un théâtre qui parle de nous, de notre époque, un théâtre humain et social. Ces auteurs là ne sont pas si nombreux. Dans quelques jours, j'évoquerai ici les 8h des "Ephémères" que le Soleil donne cet été à Avignon. Ou l'on voit comme toujours à l'entracte une Mnouchkine avec ses acteurs servir la soupe et les merguez. Qui d'autre ici a ce sens là du public, ce sens de l'accueil, ce respect de celui qui fait l'effort de venir au théâtre? On devrait réfléchir au Festival à systématiser cette démarche. En attendant le compte rendu, voici quelques extraits de l'interview accordée par Ariane Mnouchkine à Joelle Gayot, sur France Culture, lundi dernier à 21 h :"On peut dire ce que l'on veut d'Avignon, mais Avignon, c'est le public. Il vient sur son temps de vacances manger du théâtre. C'est le rêve d'un homme, Jean Vilar, que des gens du monde entier se rassemblent avec cet espoir d'art. Il y a une utopie à Avignon qui s'allume dès qu'un spectacle commence. Pas de routine parmi les spectateurs. Parfois, des colères grondent, mais le public revient. Il y a toujours ici l'espérance que des pistes commencent sur le théâtre contemporain. Est-ce que je parle de nous, la troupe, dans "les Ephémères"? Oui, mais je parle d'intimité, pas du privé. Le privé ne concerne que nous; en revanche, on peut partager notre intimité.La chose la plus inattendue dans la vie, c'est la mort, mais eut-être plus encore, la vieillesse! Alors il faut célébrer la vie.J'aime cette phrase de Gandhi : "Il n'y a pas pire violence que de ne pas combatre la violence".Toute l'interview est à réécouter sur www.franceculture.com, l'émission "Sur scène" de Joelle Gayot a été diffusée le lundi 16 juillet à 21 h sur France Culture. A la rentrée, elle aura pour titre : "Comme au théâtre".

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.