Attaché fébrilement à une gouttière, un écriteau tente un :" Pas d'affiche sur cette façade". Mais en vain. Elles sont partout, colorées, agressives, les affiches du festival off d'Avignon qui commence le 8 juillet. Elles parent la ville et s'exposent davantage que les spectacles du in, avec un mélange improbable de spectacles classiques, contemporains et de comédies. La vulgarité côtoie le professionnalisme de jeunes compagnies. Ainsi, cette jeune femme blonde toute nue dont le titre du spectacle cache les formes: "Cherche jardinier pour pelouse en friche". Plus loin, le visage épais d'un homme annonce: "Avis de grand frais sur mes bijoux de famille". Les vedettes du one man show, elles, ne prennent pas de risques et posent durant un mois, dans la cité des Papes, leur spectacle déja rodé. Sophia Aram ("Crise de foi", théâtre des Béliers à 19h), Popeck, Didier Porte ou Guy Carlier. Jean-Claude Dreyfus a sélectionné des sketchs de Raymond Devos (théâtre du chien qui fume, 12h30), on joue aussi Desproges. On chante Brel, Vian, comme chaque année. Molière, Beckett, Bernard-Marie Koltes et Jean-Luc Lagarce restent les valeurs sûres incontournables du off, où parfois l'humour surgit involontairement : "Femme de prêtre" se joue ainsi à 17h 30, au théâtre Notre-Dame! Demain, le in commence. Entre la vie du résistant polonais Jan Karski relue par le metteur en scène Arthur Nauziciel et la pièce "le Suicidé" de Nicolai Erdman mise en scène par Patrick Pineau, on salive. Et on en reparle, bien sûr.

Off Black
Off Black © radio-france / Vincent Josse
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.