Un théâtre contemporain, moderne, qui revendique la nécessité de raconter des histoires.

Bluebird
Bluebird © Théâtre du Rond-Point

Bluebird de Simon Stephens mis en scène par Claire Devers au Théâtre du Rond-Point est une bouleversante histoire, pleine d'humanité :

Et tu n’étais pas là Jimmy.

Longtemps après l’accident tragique, le chauffeur de taxi Jimmy conduit sa Bluebird dans la nuit. Il va affronter Clare. Il ne demandera rien, il ne réclame aucun pardon de n’avoir pas été là. Il veut juste faire un don, une offrande. Geste déchirant.

Chauffeur de taxi, Jimmy conduit sa Nissan Bluebird dans la nuit anglaise. On ne voit que sa nuque, les passagers se racontent, et il parle aussi. Il roule, avance jusqu’au lieu d’un accident tragique, survenu cinq ans plus tôt. Terrible anniversaire aujourd’hui : il va retrouver Clare, il ne l’a pas vue depuis le jour fatal, la disparition de leur enfant. Il quitte la taule du véhicule, il se tient debout, il est face à elle. Et face enfin à lui-même. 

Le drame se joue sur la route, non-lieu, entre des individus qui cherchent réparation, les mots pour panser la blessure, et retrouvent peut-être l’amour.

Parmi les premières pièces du dramaturge anglais Simon Stephens, Bluebird, écrite en 1998, dresse les portraits d’individus brisés. Ici, deux parcours blessés, deux pardons improbables. Mais l’incandescence de l’espoir des retrouvailles illumine l’œuvre de l’auteur qui adaptait pour Patrice Chéreau Je suis le vent en 2011. 

Réalisatrice de cinéma, Caméra d’or en 1986 pour Noir et Blanc, auteure de Chimère ; Max et Jérémie ; Les Marins perdus ou encore Rapace pour la télévision, Claire Devers dirige cinq comédiens de théâtre dans sa première mise en scène. 

Jimmy, en quittant son taxi, redevient un homme et affronte Clare. Il n’implore pas, il ne demande rien, il ne réclame aucun pardon de n’avoir pas été là. Il veut juste lui faire un don, une offrande pathétique et déchirante. La pièce raconte cet instant à l’intersection de leur chemin. 

Pierre Notte

Je conserve autant de foi dans les promesses de ce que les êtres humains peuvent accomplir que je me désespère devant ce dont ils semblent capables. Mais dès qu’il y a de la lumière dans un théâtre, il y a une promesse et un espoir. » C’est cette vision que je partage et défendrai avec Bluebird

Claire Devers, propos recueillis par Pierre Notte

► Distribution

  • De : Simon Stephens
  • Traduction : Séverine Magois
  • Mise en scène : Claire Devers
  • Avec : Philippe Torreton, Baptiste Dezerces, Serge Larivière, Marie Rémond, Julie-Anne Roth
  • Assistanat à la mise en scène : Julie Peigné
  • Scénographie : Emmanuel Clolus
  • Lumières : Thomas Cottereau, Olivier Oudiou
  • Son : François Leymarie
  • Vidéo : Yann Philippe, Renaud Rubiano
  • Régie générale et plateau : Guillaume Parra
  • Régie vidéo et son : Guillaume Monard
  • Costumes : Fanny Brouste
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.