Cette histoire privée est celle de l’humanité.

Emmanuelle Béart dans Erch Von Stroheim Répétition
Emmanuelle Béart dans Erch Von Stroheim Répétition © Jean Louis Fernandez

Emmanuelle Béart est cette femme qui va droit au but. Elle veut un enfant. Autour d’elle, deux hommes, paumés. Nordey met en scène au Théâtre du Rond Point les troubles tangibles d’individus fissurés qui cherchent réparation.

Erich Von Stroheim
Erich Von Stroheim © FERNANDEZ Jean Louis

Elle sait ce qu’elle veut, elle n’est la victime de personne. Elle va droit au but. Elle a quarante ans, elle veut un enfant. Elle travaille. Très affairée, elle sait où elle va. Autour d’elle, deux hommes, plus ou moins paumés. L’Un dit à l’Autre : « Nous sommes interchangeables. » Elle dira d’eux qu’ils sont « des chiens ». Elle est à la fois Célimène et Arsinoé du Misanthrope, Nora la révoltée de Maison de poupée d’Ibsen. Mais Elle est une femme libre. Et si « le couple égale un mort », Elle veut que naisse, de la mort, un enfant. Erich von Stroheim n’a pas grand-chose à faire dans tout ça, il rôde en fantôme du monde extérieur.

Stanislas Nordey, fidèle au Rond-Point, a mis en scène et interprété My Secret Garden de Falk Richter et joué Clôture de l’amour, mis en scène par Pascal Rambert. De Christophe Pellet, il a interprété et dirigé en 2011 La Conférence, vision à l’acide de l’institution théâtrale et culturelle française. Auteur, réalisateur, Christophe Pellet a signé Loin de Corpus Christi ; En délicatesse ; De passage, endormi ; Seul le feu ; Soixante-trois regards… Expérience scénique dangereuse, Erich von Stroheim s’inscrit dans leur parcours comme une nouvelle prise de risque. Trois voix, sans former un triangle amoureux, dessinent les traits d’une humanité décentrée. Troubles tangibles d’individus fissurés, qui cherchent réparation.

Pierre Notte

Source Théâtre du Rond Point

Erich Von Stroheim
Erich Von Stroheim © FERNANDEZ Jean Louis

►►► Extrait

  • L’un. J’ai le temps de prendre une douche, vite fait ?
  • Elle. Non. J’ai un rendez-vous dans une demi-heure.D’où viens-tu ?
  • L’un. Un rendez-vous, à l’autre bout de la ville. J’ai couru.
  • Elle. Tu as vu l’Autre ?
  • L’un. Il passe son temps à organiser sa survie.
  • Elle. Il n’a rien trouvé de mieux à faire ?
  • L’un. Organiser cette survie est un travail à plein temps.Ne pas avoir d’horaires, courir dans tous les sens, toujours sur le pied de guerre. Un vrai travail à plein temps. Tu connais Erich von Stroheim ?
  • Elle. Qui est-ce ?
  • L’un. Un génie. Il a falsifié sa vie, comme un vulgaire document, il l’a falsifiée pour s’en sortir.
  • Elle. S’en sortir pour « organiser sa survie » : minable pour un génie.Déshabille-toi.
  • L’un. C’est tout l’effet qu’Erich von Stroheim te fait ?
  • Elle. C'est l’effet que toi tu me fais.
  • Action.
  • Non, d’abord la chemise, après le pantalon. Je ne supporte pas de voir les jambes nues d’un homme lorsqu’il garde sa chemise, même quelques secondes.

Extrait 2, Elle avec l'Un

Erich Von Stroheim
Erich Von Stroheim © FERNANDEZ Jean Louis

►►► Distribution

  • De : Christophe Pellet
  • Mise en scène : Stanislas Nordey
  • Avec : Emmanuelle Béart, Thomas Gonzalez, Laurent Sauvage
  • En alternance avec Victor de Oliveira
  • Collaboration artistique : Claire Ingrid Cottanceau
  • Scénographie : Emmanuel Clolus
  • Lumière : Stéphanie Daniel
  • Son : Michel Zurcher
  • Vidéo : Claire Ingrid Cottanceau, Stéphane Pougnand
  • Décor et costumes : les ateliers du Théâtre National de Strasbourg
Erich Von Stroheim Repetitions
Erich Von Stroheim Repetitions © FERNANDEZ Jean Louis
Erich Von Stroheim Repetition
Erich Von Stroheim Repetition © FERNANDEZ Jean Louis
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.