Comment passe-t-on de l’indifférence à la haine ?

EXTERMINATEUR 14
EXTERMINATEUR 14 © Théâtre du Rond-Point

Il n’avait rien d’un assassin. Mais la guerre est là, qui l’imprègne, dilue en lui son langage et son venin. Il devient le guerrier d’un conflit dont il ne comprend rien. Il apprend la haine, suit un Dieu vengeur. Contaminé par la barbarie, il se débat avec ses restes d’humanité. 

Le comédien Swann Arlaud a quinze ans quand il découvre Exécuteur 14, chant de vie et de mort. La rencontre est décisive. Il sait depuis toujours qu’il plongera sur scène dans la cervelle en flammes de cette victime devenue bourreau.

Non je n’étais pas cruel quand j’étais petit. Les grenouilles, je ne leur coupais pas les pattes arrières avec des cailloux, je n’en fonçais pas une cigarette allumée dans la gueule des lézards verts, leur ventre, je ne l’ouvrais pas pour voir ce qu’il y a dedans, et jamais je n’ai arraché les ailes des mouches, même si ça ne leur fait pas mal.  J’avais même très peur des chats. 

EXTRAIT

Adel Hakim découvre le théâtre aux côtés d’Ariane Mnouchkine au Théâtre du Soleil et de John Strasberg à l’Actors Studio. Il écrit en 1991 sa première pièce, Exécuteur 14, peinture d’une guerre universelle, traduite et montée dans plus de vingt pays. Metteur en scène, traducteur, directeur d’institution, il fait du Théâtre des Quartiers d’Ivry la plateforme exemplaire d’un théâtre citoyen. Il meurt en 2017 à soixante-trois ans.

Avec Isabelle Carré et Swann Arlaud, Une femme à Berlin, il y a dix ans au Rond-Point, dressait déjà les portraits d’individus perdus dans les ignominies de la guerre. Tatiana Vialle, écrivaine, metteuse en scène et directrice de casting, poursuit sa recherche du mal intrinsèque à l’homme, cette force en lui, bête immonde qui ne demande qu’à surgir et à fondre sur l’autre. Comprendre l’horreur de la guerre depuis le corps et le mental du guerrier.

La contemporanéité des thématiques traitées, l’universalité du propos et le langage inventé par Adel Hakim font de ce texte une tragédie moderne qui après la crise que nous traversons, les expériences de solitude imposées à beaucoup d’entre nous par le confinement, devrait résonner encore plus fort. 

TATIANA VIALLE

►►► Distribution

  • Une pièce de :Adel Hakim
  • Mise en scène :Tatiana Vialle 
  • Avec : Swann Arlaud 
  • En présence de : Mahut
  • Musique composée et interprétée par : Mahut
  • Lumières :Christian Pinaud
  • Assistanat à la mise en scène : Margot Clavières
  • Scénographie : Chantal de la Coste
  • Chorégraphie : Hervé Lebeau
  • Production Arnaud BERTRAND — 984 Productions, Coproduction Théâtre du Rond-Point, En compagnie des ours, Coréalisation Théâtre du Rond-Point

Sources Théâtre du Rond-Point

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.