Dans le cadre d'Exils à Odéon, Théâtre de l'Europe, Paula Jacques propose une rencontre littéraire lundi 1er février, autour d'Irène Némirovsky , avecOlivier Philipponnat .

Cette rencontre sera diffusée dimanche 28 février à 14h dans Cosmopolitaine.

Chaude, pensaient les Parisiens. L'air du printemps. C'était la nuit en guerre, l'alerte. Mais la nuit s'efface, la guerre est loin. Ceux qui ne dormaient pas, les malades au fond de leur lit, les mères dont les fils étaient au front, les femmes amoureuses aux yeux fanés par les larmes entendaient le premier souffle de la sirène. Ce n'était encore qu'une aspiration profonde semblable au soupir qui sort d'une poitrine oppressée.

Irène Némirovsky , Suite française , GallimardNée en 1903 à Kiev, en Ukraine, Irène Némirovsky passe une enfance esseulée, avec le réconfort des livres. Elle a quinze ans quand la révolution la chasse de Russie avec sa famille. À dix-huit ans, elle publie à Paris ses premiers contes. Elle mène une vie indépendante durant les années folles puis se marie avecMichel Epstein et, en 1929, donne naissance à sa première fille. Un mois plus tard elle publie David Golder, un roman qui fait sa renommée, aussitôt traduit dans le monde entier et porté à l’écran par Julien Duvivier . Une dizaine de romans et de nombreuses nouvelles suivront, dictés par son environnement familial, le souvenir d’être russe, l’étrangeté d’être juive, la volonté d’être française. Irène Némirovsky n’a jamais nié qu’elle était juive, mais elle ne s’en fait pas gloire, et reçoit le baptême en 1939, à défaut de la nationalité française. Du Bal (1929) aux Chiens et les Loups (1940), elle ne cesse pourtant d’inviter dans son œuvre ces personnages d’étrangers indésirables, sans pitié mais non sans tendresse, et présente à la France des années 30 le miroir déplaisant de sa xénophobie. Au risque, parfois, d’être mal interprétée. Réfugiée en 1940 dans un village du Morvan, apatride au regard de la loi, elle est arrêtée le 13 juillet 1942 par la police, puis déportée à Auschwitz où elle est assassinée. Suite française sera publié plus de soixante ans plus tard par ses filles, la faisant redécouvrir au lectorat contemporain. Olivier Philipponnat est l’auteur de La Vie d’Irène Némirovsky (Grasset/Denoël, 2007), première biographie exhaustive de l’auteur de Suite française (Denoël, 2004 ; Knopf, 2006) qui repose sur la découverte de correspondances, d’archives et de brouillons inexploités, ainsi que sur nombre de textes inédits.Il a également préfacé deux romans inédits d’Irène Némirovsky,Le Maître des âmes (Denoël, 2005) et Chaleur du sang (Denoël, 2007), ainsi qu’une nouvelle édition des Mouches d’automne , augmentée de trois textes inédits (Grasset, Cahiers rouges).> Pour assister à l'enregistrement, inscrivez-vous

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.