Une chorégraphie hilarante du monde de l’exploit au théâtre du Rond Point

fair play
fair play © fair play

Mesdames et messieurs, je déclare z’ouvertes…

Fair-Play au Théâtre du Rond Point dresse un hommage caustique et musical au corps sportif. Entre Tati et Chaplin , Patrice Thibaud , clown élastique, brocarde en virtuose les ridicules humains du monde du sport. Échauffement, abdos fessiers, course à pied ou sports de combat.

Fair Play
Fair Play © Rebecca Josset

Avec Patrice Thibaud, la scène devient un ring, une piste cyclable, un tapis d’entraînement, un terrain de foot. Le corps athlétique, dans tous ses états. Grotesque désir de la supériorité, il vise les hauteurs des podiums où se dispute encore la place de l’homme le plus fort du monde. Il joue en équipe pour être le premier. Il court après la montée d’adrénaline.

Fair-Play s’intéresse à l’acier du mental sportif, à son acharnement chevalin, ou à la grâce du mouvement d’un corps qui dépasse ses capacités naturelles. Le surpassement de soi.

Les musiques de Philippe Leygnac accompagnent les prouesses du champion lors de ses records divers.Il est mime, danseur, auteur. Génial interprète de la famille Deschamps et Makeïeff , il a fait se tordre de rire des salles entières en traversant le plateau en cheval ou en employé modèle.

Comédien grave chez Christian Schiaretti , clown lumineux chez Les Deschiens , Patrice Thibaud signe aussi des spectacles solos. Après Cocorico , vu au Rond-Point en 2012, et Jungles , l’artiste construit une chorégraphie hilarante du monde de l’exploit. On reconnaît Tati et Chaplin , la grandeur des clowns élastiques qui aiment et brocardent leurs semblables. Hommage caustique et tableaux tendres des ridicules humains, Fair-Play joue de l’iconographie sportive en amoureux virtuose.

Pierre Notte

Fair Play
Fair Play © Rebecca Josset

Distribution

un spectacle de et avec :Patrice Thibaud et avec : Philippe Leygnac mise en scène : Jean-Marc Bihour, Jean-Michel Guérin, Patrice Thibaud musique :Philippe Leygnac dramaturgie : Marie Duret Pujol lumières : Charlotte Dubail costumes : Isabelle Beaudouin production : Claudia Trevino Minutti diffusion : Fatiha Schlicht

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.