France Inter en Avignon avec :

  • l'émission Et la caravane passe d’Aurelie Sfez, en direct à 18h10. levendredi 6 juillet : avec Simon Mc Burney et Severine Chavrier.le lundi 9 juillet : Joseph Nadj et Robert Cantarella sont les invités.le mardi 10 juillet : Regine Chopinot, Jean-Paul Gaultier, Fanny Bouyagui et le live de Wetr.le mercredi 11 juillet : Jerome Bel, Sophie Calle et Didier Varrod.le jeudi 12 juillet : Sidi Larbi Cherkaoui, Juliette Binoche et Fadia Tomb El-Hage.le vendredi 13 juillet : Christophe Honoré, Ludivine Sagnier et Anais Demoustier, Ruth Rosenthal et Xavier Klaine.- Pour le centenaire de la naissance de Jean Vilar, une émission spéciale par Laure Adler ;L'émission est enregistrée en public le samedi 14 juillet , de 15h à 17h être diffuséeles dimanches 15 juillet et 22 juillet , à 11h.- Le Masque et la Plume de Jérôme Garcin Diffusion les dimanches 15 et 22 juillet, a 20h . L'émission est enregistrée en public le dimanche 15 juillet , à 10h, Jardin de la rue Mons Avignon. Entree libre et gratuite dans la limite des places disponibles

avignon
avignon © Radio France

Nous célébrons cette année le centenaire de la naissance de Jean Vilar. Si le théâtre public français lui doit beaucoup, c’est parce qu’il a toujours su conjuguer l’audace artistique et l’inscription de son art dans une relation nouvelle avec le spectateur. Il l’a fait comme artiste lorsque, en créant le Festival en 1947, il a inventé son propre langage théâtral dans la Cour d’honneur. Il l’a encore fait lorsque, après avoir décidé de cesser de jouer et de mettre en scène, il a révolutionné lui-même le Festival à partir de 1966 en invitant de nouvelles formes artistiques.

Il a su dès le départ relier la création artistique la plus contemporaine à un large public. C’est dans cet héritage que nous nous efforçons de mener le Festival, réinscrivant dans notre époque et ses problématiques cette mission du « théâtre populaire » que Jean Vilar qualifiait d’utopie nécessaire.

Simon McBurney
Simon McBurney © Radio France / Stéphane CAPRON

Nous pensons que la dimension populaire du théâtre ne provient ni d’une forme esthétique particulière, ni de la notoriété des artistes. Le théâtre populaire est un dispositif qui permet au spectateur d’être pleinement participant.

Il ne s’agit pas de dire aux spectateurs ce qu’ils doivent penser, mais simplement de leur signifier qu’ils peuvent le faire. Il donne la parole aux spectateurs en dehors de la représentation dans des moments qui doivent être privilégiés.Comme chaque année, nous nous interrogeons sur le théâtre, sur ce qui le fonde ou l’inspire : la fiction, le réel, l’écriture dramatique ou littéraire, le corps, la peinture, le cinéma, la musique, et aussi l’histoire, la philosophie, l’économie… Par quelle fragile magie le théâtre peut-il rendre celui qui le regarde plus acteur ?Pourquoi semble-t-il de plus en plus nécessaire au fur et à mesure que « le spectacle » et « le virtuel » gagnent la société ?L’artiste associé de cette 66e édition est l’acteur et metteur en scène Simon McBurney . Après avoir suivi l’enseignement de Jacques Lecoq à Paris, il rentre à Londres où il fonde sa compagnie, Complicite, qui ne connaît de frontières ni géographiques ni artistiques. Chacune de ses créations est l’occasion de rassembler des collaborateurs usant de tous les médias possibles : les mots, souvent adaptés de la littérature, les corps, les gestes, les images et la musique. Il trouve son propre langage en créant un théâtre iconoclaste et émouvant, qu’il considère avant tout comme un lieu d’invention et d’engagement.Cette édition dit, comme la Marguerite de Boulgakov au Maître, cet artiste qu’elle aime tant : « Souviens-toi que la lâcheté est le pire des péchés. » Elle nous exhorte à nous préoccuper du monde, à en être acteurs malgré les difficultés.Nous vous invitons à y participer. Hortense Archambault et Vincent Baudriller directeurs • Avignon, 3 mai 2012

Cour d'honneur du Palais des papes
Cour d'honneur du Palais des papes © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.