Lev Dodine a été invité à la MC93 pour la première fois en 1992, avec Gaudeamus. Ce spectacle a révélé Lev Dodine dans le monde entier. Il a depuis présenté 9 autres mises en scène à la MC93, le plus souvent des classiques de la littérature russe.En 2014, le Maly Drama Theatre est de retour avec trois spectacles mis en scène par Lev Dodine :- Les Trois Sœurs , d'Anton Tchekhov, présenté à la MC93 en novembre 2012.- Cabale et amour , adapté de l'oeuvre de Friedrich Von Schiller, une nouvelle création présentée en France.- Gaudeamus , avec une nouvelle génération de comédiens du Maly Drama Theatre. Recréation.Ces 3 spectacles sont présentés en russe et surtitrés en français.

Les Trois Sœurs

Les Trois Sœurs
Les Trois Sœurs © Viktor Vassiliev

samedi 10 mai à 20h, dimanche 11 mai à 15h30 et lundi 12 mai à 20h . Les membres de la famille Prozorov, composée de trois soeurs, Macha, Olga et Irina et de leur frère Andreï, partagent une demeure provinciale, dans la campagne profonde de Russie. Andreï est lui-même marié à Natacha.La pièce débute par la fête d’Irina, un an après la mort de leur père, marquant la fin du deuil et le début, croit-on, d’une nouvelle vie. La petite ville de province, près de laquelle se trouve la demeure, accueille un régiment qui vient d’arriver. La vie des Prozorov s’avère dominée par l’ennui et n’est rythmée que par les visites d’officiers venus de la garnison voisine, et devenus peu à peu comme des membres de cette famille atteinte du mal de vivre.Un rêve habite cependant les trois soeurs : retourner à Moscou, la ville de leur enfance heureuse. Pas de héros, peu d’action ; cette pièce va à l’encontre du schéma classique en mettant en scène des personnages extrêmement humains qui voient leur vie peu à peu s’étioler, avec le désespoir de n’avoir rien construit, rien entrepris.Entre conversations absurdes et grands débats philosophiques, entre mariages ratés et désespoirs amoureux, Tchekhov aborde dans Les Trois Soeurs les thèmes du temps qui passe et qui détruit les rêves, de l’importance du travail et de l’autonomie, de l’ennui et de l’amour.

Cabale et amour

Cabale et amour
Cabale et amour © Viktor Vassiliev

vendredi 16 mai à 20h30, samedi 17 mai à 20h30 et dimanche 18 mai à 15h30 On connaît sans doute plus l’opéra de Verdi, Luisa Miller, inspiré du drame bourgeois de Schiller. Schiller a 25 ans quand il écrit la pièce qui traite sans décalage historique de la corruption de la noblesse de son temps. Il dresse un portrait au vitriol de cette Allemagne livrée aux potentats de province, cette Allemagne de micro états où tout est à vendre, le peuple notamment comme chair à canon. Les répliques claquent, crues, choquantes, celles d’une vulgarité sans bornes du Président Comte von Walter illustrent à merveille ce conflit qui oppose à la fin du XVIIIe siècle la bourgeoisie à la noblesse.La pièce met en scène une histoire d’amour entre Ferdinand, fils du Comte von Walter et Louise Miller, fille d’un modeste musicien. Un amour impossible entre les enfants de catégories sociales que rien encore ne peut rapprocher. Ferdinand refuse de se marier, pour l’apparence, à la maîtresse du comte, biais par lequel le père de Ferdinand entend conserver son influence. En vain, il le menace d’étaler au grand jour ses machinations. Le père n’hésite pas une seconde à se servir d’un individu suspect, prêt à tout, pour lancer une cabale de méchante envergure.

Gaudeamus

Portrait de Lev Dodine
Portrait de Lev Dodine © MC93

jeudi 22 mai à 20h30, vendredi 23 mai à 20h30, samedi 24 mai à 20h30 et dimanche 25 mai à 15h30 Gaudeamus igitur est un chant étudiant du Moyen Âge – chanté encore de nos jours en Europe du Nord – qui célébrait les grands moments de la vie universitaire. Il inspira les élèves de la classe de mise en scène de Lev Dodine à l’institut théâtral de Leningrad, quand, au début des années 90, ils préparèrent leur spectacle de sortie (de l’institut) et d’entrée (au Maly Drama Theatre). Tiré du roman de Sergueï Kaledine, Bataillon de construction, Gaudeamus raconte en quinze tableaux la vie des casernes en URSS, la camaraderie, les beuveries, les femmes, le racisme, les drames et les absurdités de la vie militaire. Ce thème universel – tout au moins tant que le service militaire était d’actualité – fut à l’origine d’un extraordinaire succès planétaire en Europe et sur les cinq continents tout au long de la dernière décennie du XXe siècle. Lev Dodine a accepté de reprendre avec les jeunes comédiens de sa troupe issue des dernières promotions de l’institut, ce spectacle mythique qui est en même temps qu’une prouesse physique, une mémoire sentimentale des jeunes années en Union soviétique.

Lev Dodine à la MC93

La MC93 est, dixit Lev Dodine, « son deuxième théâtre ». Il y a d’ailleurs toujours eu un mystère dans le passage de la scène du Maly de Saint-Pétersbourg à celle de la MC93 qui peut contenir 10 fois celle de Petrograd ! Lev est venu pour la première fois à MC93 en 1992 avec Gaudeamus. Le spectacle a, depuis, visité les cinq continents. Mais sa première venue à Paris date de 1988 lorsque nous organisâmes avec Antoine Vitez, Jean-Pierre Vincent et le Théâtre de l’Odéon - Théâtre de l’Europe et le Festival d’Automne la première saison russe à Paris après Diaghilev. Dans la salle de l’Opéra Comique, Dodine présentait Frères et Soeurs – un chef d’oeuvre, et la salle était vide. La MC93 a accueilli deux premières mondiales du maître sibérien : Claustrophobia (1994) et Vie et Destin de Grossman (2007). En 2009 le festival « 25 ans Lev Dodine » présentait 8 spectacles et ateliers : Frères et Soeurs de Feodor Abramov, Les Étoiles dans le ciel de l’aube de Galine, les Démons de Dostoïevski, Platonov de Tchekhov, Tchevengour d’Andreï Platonov, Vie et Destin de Grossman et Oncle Vania d’Anton Tchekhov. Et en 2012, nous accueillîmes les Trois Soeurs. Paradoxe, c’est après la fin de la censure en URSS, que Dodine se mit à monter des classiques, à commencer par la Cerisaie de Tchekhov qu’il vient juste de remettre en scène. La nouvelle version du texte de Kalédine, Gaudeamus, sera jouée par les jeunes comédiens de la troupe 24 ans après la création. L’URSS est devenue la Fédération de Russie, les premiers interprètes ont tous pris 15 kg et n’arriveraient certainement pas à la fin de ce spectacle étourdissant.

Cabale et amour
Cabale et amour © Viktor Vassiliev

Ecole du théâtre d'art de Moscou, du 16 au 20 mai Salle Christian Bourgois

Atelier ouvert - Les élèves de l'École du théâtre d'art de Moscou présenteront leur travail en salle Christian Bourgois. Dirigée par Anatoli Smelianski, l'école maintient fermement le cap de la méthode Stanislavski.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.