Jean-Luc Lagarce a écrit cette pièce en 1994, juste après "Juste la fin du monde" (dont Xavier Dolan a tiré un film)... et un an avant sa mort. Elle est jouée actuellement la Comédie Française. Au "Masque et la Plume", certains se sont ennuyé sec, d'autres on été bouleversés… Extraits des échanges.

"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne", la pièce de Jean-Luc Lagarce est actuellement jouée au Vieux Colombier
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne", la pièce de Jean-Luc Lagarce est actuellement jouée au Vieux Colombier © Christophe Raynaud de Lage, collection Comédie-Française

Ce sont cinq femmes qui ont attendu le retour d'un jeune homme parti après avoir été chassé par le père et qui est revenu à la maison (on ne le verra pas, il est couché dans sa chambre pour "se reposer, mourir, achever sa route, son errance" ; on n'est même pas sûrs qu'il soit là).

Vincent Josse : "Ça dure 1h30 mais on a l'impression de sortir à minuit trente…"

Lagarce est beaucoup plus vivant. On a vu au cinéma l'adaptation de Xavier Dolan qui était extrêmement vivante, alors que là, on est au musée, avec des comédiennes pas tellement dirigées, qu'on laisse debout. 

Le texte en soit est beau mais je ne vois pas le regard du metteur en scène. Je vois une succession de monologues. Chloé Dabert monte ça comme si elle montait un Racine ! 

Jacques Nerson : "le texte avait vieilli"

Je n'ai pas été très sensible à ce spectacle. Je n'incriminerais pas les actrices, que je trouve plutôt bien. Je trouve le spectacle assez bien monté. Il y a un très beau décor de Pierre Nouvel, que je trouve très élégant. Et pourtant je n'ai pas éprouvé grand chose.

Il m'a semblé que le texte avait vieilli et qu'il comportait beaucoup de coquetteries assez inutiles. Comme Vincent, j'ai trouvé le temps très long.

Fabienne Pascaud : "c'est le plus beau spectacle que j'ai vu depuis le début de l'année"

J'ai été bouleversée. J'ai trouvé ça magnifique.

Jean-Luc Lagarce croise dans une écriture répétitive, lancinante, qui cherche le mot juste... qui raconte l'horreur de l'attente. C'est un garçon qui revient chez lui pour mourir. On ne sait d'ailleurs même pas si tout ce qui nous est raconté est vrai, si ce n'est pas un rituel que se font ces cinq femmes usées par l'attente de ce jeune frère ou fils qu'elles ont aimé.

Ce que je trouve très beau dans la pièce de Lagarce, qu'il a écrit un an avant de mourir, donc il y a le spectre de sa propre mort, de son retour impossible dans sa famille (ce qu'il a écrit beaucoup de fois) et en même temps il dialogue avec Tchekov (Les Trois Soeurs), avec l'Evangile, avec le théâtre épique...

Armelle Héliot : "c'est l'un des plus beaux spectacles que l'on puisse voir aujourd'hui"

Je suis, comme Fabienne, bouleversée par ce spectacle. Bouleversée par ce texte, que j'aime et qu'on a vu souvent. Mais c'est la première fois que je le vois d'une manière si puissante, si incarnée.

Tout ici déchire. Et déchire aussi la manière dont est présentée ce texte. Vous avez parlé de la superbe scénagraphie. Les costumes pour une fois discrets et intéressants. Et puis ces comédiennes ! Suliane Brahim est exceptionnelle mais toutes les autres sont formidables ! 

Ecoutez

Ecoutez toutes les critiques échangées au Masque autour de cette pièce :

7 min

"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" : les critiques du Masque et la Plume

Aller plus loin

La pièce est présentée au Théâtre du Vieux Colombier jusqu'au 4 mars

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.