C’est une amitié naissante et qui se développe au fil des milles nautiques parcourus par l’un et des kilomètres parcourus par l’autre avec les mots qui font la jonction. C’est un voyage interne-externe. Jacques Gamblin

Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place
Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place © Nicolas Gerardin

Je ne te lâcherai pas.

En 2014, seul sur son trimaran de plus de 30 mètres, Thomas Coville, navigateur hors pair, tente une nouvelle fois le record du tour du monde à la voile en solitaire. Pendant trente jours, Jacques Gamblin communique quotidiennement avec son ami qui se bat contre les dépressions, les anticyclones et les secondes. 

Que dire à un homme qui fait de cette victoire sa raison de vivre ? Que dire en silence, en absence ? Que dit-on de soi en parlant à l’autre ? "Me reçois-tu ?" Dans ces échanges entre terre et mer, il y a de l’imprévu et de la rareté pour une amitié plus forte que tout qui défie le monde et les rapports humains. Dans cette aventure, il y a deux hommes qui se racontent avec la distance comme paravent. Il y a de la parole qui se dévoile. En fond de scène, des cartes océaniques, des sillages ou des aurores boréales nous emportent loin, très loin. 

Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place
Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place / Nicolas Gerardin

Dans ce spectacle Je parle à un homme qui ne tient pas en place au Théâtre du Rond-Point, le comédien livre les clés d’une relation unique, d’un voyage commun. Grand aventurier du Rond-Point, Jacques Gamblin y a présenté ses spectacles Tout est normal mon cœur scintille ; Ce que le Djazz fait à ma Djambe avec le jazzman Laurent de Wilde et 1 heure 23’ 14’’ et 7 centièmes avec le danseur Bastien Lefèvre. Sa voix singulière, son corps élastique, son humour, sa légèreté et sa poésie donnent forme à cette force vitale qui peut unir un homme à un autre, l’amitié.

► Extrait :

Toi le taureau qui affronte le vent, qui joue avec ou qui l’esquive. Toi le torero qui attend sa charge, qui l’imagine et qui s’en sert. Toi en habit de soleil. Toi qui traces dans l’espace un sillon qui s’efface. Toi grand homme dans ce que tu engages et petit dans la nuit noire. Toi recouvert de silence. Toi qui ne pourras raconter que la surface des choses. Toi un jour de retour. De tout et de rien. Je te salue de loin et de près... 

Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place
Jacques Gamblin pour Je parle à un homme qui ne tient pas en place / Nicolas Gerardin

► Distribution 

  • Un spectacle de : Jacques Gamblin, Thomas Coville
  • Avec : Jacques Gamblin
  • Collaboration à la mise en scène : Domitille Bioret
  • Collaboration artistique : Bastien Lefèvre, Françoise Lebeau, Pablo Tegli
  • Scénographie et vidéo : Pierre Nouvel
  • Son : Lucas Lelièvre
  • Lumières : Laurent Béal
  • Costumes : Marie Jagou
  • Régie générale et lumières : Éric Da Graça Neves
  • Régie son et vidéo : Antoine Prost
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.