« Mon père est un prophète. » Cette phrase prononcée un soir par son fils a déclenché en Abel Aboualiten une envie terrible d’écrire ce monologue qui retrace en quelques souvenirs son chemin spirituel depuis sa naissance. Ce spectacle est un vibrant témoignage sur la difficulté d’échapper aux contraintes de la tradition et de la religion. Il y est question de l’Islam, et plus généralement de toutes les religions dans leur aspect dominateur et obscurantiste, et de la longue et dure lutte qu’il faut livrer, contre soi et contre les autres, pour parvenir à s’en extirper. Un spectacle pourtant drôle et poétique, au verbe haut, qui sort du sentier des discours convenus et du politiquement correct.«  ll y a des traditions, des religions, qui vous marquent dans votre propre chair et qui saignent votre enfance. Ce fardeau que l’héritage de vos ancêtres, de vos parents, vous impose, vous en débarrasser demande un effort incommensurable. La seule identité valable et justifiée se résume dans les épitaphes que l’on grave sur la dernière pierre de la vie. » (A. Aboualiten)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.