S'il vous est possible de passer une soirée au théâtre à Paris, ne manquez pas "Ebauche d'un portrait", repris à théâtre ouvert, jusqu'au 18 octobre et en tournée ensuite. Le spectacle est conçu et mis en scène par François Berreur, ami de Lagarce, à partir des journaux du dramaturge et metteur en scène mort en 1995, à 38 ans.Un homme est assis à sa table de travail. Des livres posés devant lui, il tape son journal sur sa machine à écrire. Sur un écran vidéo apparaissent certaines des notes qu'il est train de taper, comme les morts célèbres systématiquement rapportés, et l'acteur Laurent Poitrenaux dit le reste. Le reste? Les journées de Lagarce dont le théâtre est le quotidien comme auteur et metteur en scène, mais aussi le sexe, le désir des garçons, les films vus, les spectacles, la (vanité de) la vie culturelle à Paris et les aléas d'une troupe en province. Jean-Luc Lagarce se sait tôt séropositif et vit avec cette conscience du mal en lui, à une époque ou la trithérapie est encore loin. Vivre avec... la maladie qui le rattrape vite, avec les amis ou les vedettes que le virus élimine un par un et dont il relève la mort sur son journal. Vivre avec la peur de mourir qui parfois l'affole, au réveil. Lagarce est brillant et courageux, il n'est pas persuadé d'être un bon auteur ni même un auteur tout court. Ce sont les autres qui lui renvoient sa fonction et le grondent quand ses textes faiblissent (Lucien Attoun, directeur de Théâtre Ouvert). Lui ne sait pas grand chose, à part son désir (récit épique de ses soirées SM ou nostalgie du beau visage d'un garçon), l'envie d'être aimé sans y croire, le plaisir d'avoir parfois du succès et la mort qui se produira bien un jour ou l'autre. Il meurt à à 38 ans. Modeste, enjoué, drôle, jamais méchant ou cynique comme un Guibert ou un Mathieu Galey, eux mêmes auteurs d'un journal, l'auteur de "Juste la fin du monde" est humain, simplement. A Théâtre ouvert, son ami François Berreur choisit parfaitement les extraits et Poitrenaux ne cabotine jamais. En jouant avec l'écran et avec des chansons, l'acteur et le metteur en scène font entendre sobrement, avec une émotion bouleversante, la vie courte et comdamnée d'un homme qui fut d'abord un fils en province puis un amoureux de la langue et de son temps. On sort un peu triste de ne pas avoir croisé cet homme là pour l'entendre rire malgré la souffrance, pour tirer profit de son amour de la vie et de l'art. Immense hommage, formidable spectacle, revigorant."Ebauche d'un portrait", d'après "le Journal de JL Lagarce", jusqu'au 18 oct, de 8 à 20 euros - Théâtre Ouvert, Jardin d'hiver, 4 bis Cité Véron, 75018 Paris - Renseignements : 01.42.62.59.49Tournée : 7 novembre : Lèves, Espace Soutine ; 12 au 14 novembre : Caen, Panta Théâtre ;18 au 29 novembre : Rennes, T.N.B. ; 2 décembre : Vannes, Théâtre Anne de Bretagne ;4 décembre : Blois, la Halle aux Grains.

Jean-Julien Kraemer
Jean-Julien Kraemer © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.