Un Tenessee Williams, avec Johnny? En allant voir "Le paradis sur terre", on craint de se retrouver minoritaire au milieu d'un parterre de fans, mais non. Ils sont minoritaires. Touchants, d'ailleurs. Discrets, ils soutiennent leur héros. Dès l'arrivée sur scène du chanteur acteur, une silhouette arrêtée de profil devant une porte, ils applaudissent. A la sortie, trois quadras concluent même un accord: « Bon, déconnez pas les gars, on revient à la dernière ! »

Un paradis sur terre
Un paradis sur terre © Radio France / un paradis sur terre

Alors, Johnny ? 68 ans, fatigué, amaigri, le visage creusé, le teint mat, le cheveu teint, il n'a pas l’âge du rôle écrit pour un bel homme de 35 ans, mais peu importe. Le musicien fait preuve d'une belle présence sur scène. Il a travaillé avec des cinéastes de qualité, Godard, Costa Gavras, Johnny To. Il est à l'écoute de ses partenaires (ce n'est pas le cas de toutes les stars), Audrey Dana et Julien Cottereau.

Du coup, tout le monde existe. Le personnage féminin, le premier rôle, les deux frères qui l’entourent (elle vient d'épouser le plus jeune des frères, malade et impuissant et va peu à peu désirer l'aîné, rustre mais séduisant).Johnny incarne un ours, antipathique, brutal. Il apporte au personnage une douceur, un côté brute au cœur tendre.

"Le paradis sur terre" est une pièce touchante qui condense les grands thèmes de Tenesse Williams, l’homosexualité refoulée, la maladie, la mort, le racisme de l’Amérique des années 60.

Le spectacle est bien rythmé par Bernard Murat mais n’échappe pas à une certaine trivialité, renforcée par la traduction crue de Jean-Michel Desprats. Murat exagère. Peut-être pour plaire à ce qu’il pense être le public de Johnny, il insiste sur des mots à double sens (Johnny propose de montrer "son gros instrument", comprenez: sa guitare), certains gestes paraissent inutilement vulgaires, le spectacle vire à la carricature, tiré vers le bas, dommage.

Le paradis sur terreau Théâtre Edouard VII. 10, place Edouard VII 75009 Paris. Tel: 01 4742 59 92

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.