Mosaïque de bizarreries, polyphonie des ego, irrésistible camaïeu des contraires, jalousies en incandescence, l’entreprise rend fou...

KADOC
KADOC © Giovanni Cittadini Cesi

Mais quel est donc ce petit homme qui ressemble à un singe que l’employé découvre tous les matins à son bureau ? La femme du chef est-elle folle ? Pourquoi veut-on absolument inviter son subalterne à manger un risotto ? Et ce rapport, où en est-on de ce rapport ? 

Trois couples, dont chacun des maris travaille dans la même entreprise à des postes hiérarchiquement différents, valsent dans cette comédie jusqu’à la faire basculer en un savoureux délire où les lois du monde du travail disparaissent. Cruelle satire du collectif dont l’absurdité jaillit avec délectation. 

  • Hervé Schmertz : Quand je suis arrivé, mon bureau était occupé par quelqu’un d’autre. 
  • Judith Schmertz : Quelqu’un fouillait dans tes affaires ? 
  • Hervé Schmertz : Non, il était simplement à ma place. Assis à mon bureau. 
  • Judith Schmertz : Tiens donc. 
  • Hervé Schmertz : Il était petit et tout à fait grotesque. Il boitait. Il m’a fait penser à un singe. 
  • Judith Schmertz : Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? 
  • Hervé Schmertz : Il ne boitait pas vraiment, il se dandinait. Il allait d’un pied sur l’autre comme s’il marchait sur des œufs. Son costume était trop grand pour lui. J’ai dû me retenir pour ne pas rire. 

EXTRAIT / KADOC

KADOC
KADOC / Giovanni Cittadini Cesi

Au Rond-Point, on a pu voir de Rémi De Vos Jusqu’à ce que la mort nous sépare, Sextett, Débrayage, Occident ou récemment Toute ma vie j’ai fait des choses que je savais pas faire. Jean-Michel Ribes dirige le Théâtre du Rond-Point, bateau pirate, depuis 2002. Il a signé Palace et Merci Bernard pour la télé, Batailles avec Topor, Les Nouvelles Brèves de comptoir avec Jean-Marie Gourio, René l’énervé, Théâtre sans animaux, Par-delà les marronniers – revue(s), Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes ou Folie. Metteur en scène de Kadoc, il remarque : « Le monde du travail, Rémi de Vos ne le moralise pas, il n’en tire ni leçon ni message, bien mieux, il nous en dévoile son extravagante absurdité. Peu d’auteurs font de même, sans doute terrorisés à l’idée qu’ils risquent de faire rire. »

Comme tous les vrais auteurs, Rémi de Vos a ceci de particulier qu’il est très particulier. Ce qu’il raconte, il l’écrit en mieux. Il dit le réel mais l’invente en l’écrivant et souvent de façon irrésistible. Inventer le monde c’est la seule façon de nous le montrer tel qu’il est. Achille existerait-il sans Homère, Guernica sans Picasso ? L’église sans Michel-Ange et la Pologne sans Jarry ? Le monde du travail, Rémi De Vos ne le moralise pas, il n’en tire ni leçon ni message, bien mieux, il nous en dévoile son extravagante absurdité. Peu d’auteurs font de même, sans doute terrorisés à l’idée qu’ils risquent de faire rire. 

JEAN-MICHEL RIBES

KADOC
KADOC / Giovanni Cittadini Cesi

Depuis que j’ai commencé à écrire, j’ai écrit sur le travail. Ma première pièce, Débrayage, montre des gens en prise avec une certaine violence liée au travail. Je travaillais depuis l’âge de dix-huit ans, je savais de quoi je parlais. Les écrivains de théâtre, à l’époque, écrivaient peu sur le travail. Il y a vingt ans, le théâtre social était plutôt mal vu… Pour aggraver mon cas, j’avais, comme me l’avait dit un jour Jean-Michel Ribes, la vis comica. Malgré tout, j’ai continué à écrire des pièces sur le travail. Kadoc s’inscrit dans la lignée. La pièce montre un employé qui perd pied à cause de la pression qu’il subit sur son lieu de travail. Tous les matins, il voit un personnage étrange assis à sa place, dans son bureau. Et il est apparemment le seul à le voir. Un de ses collègues proches est prêt à tout pour s’élever dans l’échelle sociale. Survient un malentendu initié par leur supérieur hiérarchique et alors la pièce s’emballe jusqu’à la névrose collective. Jean-Michel Ribes a lui aussi la vis comica. Il sait que le rire est une affaire sérieuse. Je suis heureux (et impatient) qu’il mette en scène Kadoc

RÉMI DE VOS

►►► Distribution

  • TEXTE : RÉMI DE VOS 
  • MISE EN SCÈNE : JEAN-MICHEL RIBES 
  • AVEC : CAROLINE ARROUAS, JACQUES BONNAFFÉ, MARIE-ARMELLE DEGUY , GILLES GASTON-DREYFUS, ANNE-LISE HEIMBURGER, YANNIK LANDREIN 
  • SCÉNOGRAPHIE : SOPHIE PEREZ 
  • CONSTRUCTION : ANTOINE PLISCHKÉ 
  • COSTUMES : JULIETTE CHANAUD 
  • LUMIÈRES : HERVÉ COUDERT 
  • ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE : OLIVIER BRILLET

Sources Théâtre du Rond-Point

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.