Un récital de chant de Tora Augestad , Duri Bischoff, Bendix Dethleffsen, Michael von der Heide, Christoph Marthaler, Sarah Schittek, Malte Ubenauf et Nikola Weissemise en scène Christoph Marthaler

On entend par « enharmonie », une technique de composition musicale qui permet d’écrire un même son, à la même hauteur, de deux manières différentes et donc avec deux fonctions différentes, à l’image du sol dièse et du la bémol . La plupart des compositeurs du siècle dernier ont fait un large usage de cette technique et ce, probablement pour une raison simple : elle donne une parfaite idée de ce qu’est la notion d’évolution et de métamorphose. Or, quoi de plus proche de la vie que cette idée-là ? Selon Christoph Marthaler, sans ces enharmonies permanentes, aucune liaison entre êtres humains ne serait possible : pas de mariage, de fiançailles, pas de complicité secrète, pas même le plus innocent des baisers… C’est précisément parce que tout cela est d’une profonde évidence, tout en étant totalement mystérieux, qu’il a décidé d’intervenir, avec ses fidèles collaborateurs. Ensemble, ils ont imaginé une soirée récital, proche de l’opération chirurgicale, via laquelle ils visent à atteindre, à travers les couches qui constituent le lobe temporal de nos cerveaux, ce centre obscur, ce noyau de nuit qu’est la force d’ « enharmonie ».

King Size
King Size © Christophe Raynaud de Lage
C’est un lieu de décision où la température est agréable, où tout est en ordre, un intérieur à la lumière tamisée, aux murs couverts de tissus colorés. Et au milieu de toute cette rectitude, l’objet secret du désir, à la fois moelleux et tiré au cordeau : **un lit taille king size** . C’est dans ce lieu que se retrouvent l’intimité amoureuse des amants et l’étrangeté onirique du sommeil paradoxal. C’est là que, jour après jour, heure après heure, se déroulent les interactions, tour à tour flagrantes ou au contraire clandestines, qui fabriquent avec le temps l’évolution et le devenir des individus…**Assis ou couché dans un lit king size, un couple-chanteur passe en revue un répertoire éclectique allant de la musique sérielle à Michel Polnareff, en passant par Bach et les Jackson Five.** Dans cette comédie flirtant avec le boulevard, les personnages cohabitent sans se percevoir vraiment et **le rêve prend le pas sur la réalité** ._Texte Theater Baset, traduction Etienne Leterrier_
King Size
King Size © Christophe Raynaud de Lage
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.