D’Après L’Autre côté D’Alfred KubinAdaptation, mise en scène, décor & lumière Krystian LupaAvec Sandra Korzeniak, Agnieszka Roszkowska, Magdalena Kuta, Małgorzata Maślanka, Maria Maj, Monika Niemczyk, Piotr Skiba, Andrzej Szeremeta, Tomasz Tyndyk, Lech Łotocki, Jan Dravnel, Władysław Kowalski, Jakub Gierszał, Henryk Niebudek

Le théâtre est pour moi un laboratoire des expressions humaines, le théâtre comme récit ne m’intéresse pas. Krystrian Lupa

Grandeur et décadence de la cité du rêve

Le voyage halluciné d’un artiste dans l’empire du rêve. Krystian Lupa, grand maître de la scène polonaise revisite le roman fantastique d’Alfred Kubin qui a inspiré Kafka et les Surréalistes.

La cité du rêve - Kristian Lupa
La cité du rêve - Kristian Lupa © Radio France

L’Autre côté, le roman fantastique du grand dessinateur et graveur autrichien Alfred Kubin (1877-1959), écrit en 1908, raconte comment le héros, artiste comme son auteur, se trouve un beau jour sollicité, par l’un de ses anciens camarades de classe de Salzbourg, Claus Patera, de venir s’installer dans l’étrange empire qu’il a fondé aux confins de l’Asie et qu’il a appelé l’Empire du rêve (ici, The City of Dream, La Cité du rêve). L’artiste quitte l’Autriche avec sa femme pour ce lieu fantastique. Les déconvenues viendront vite : la cité n’a rien de neuf ; inquiétante et nauséeuse, elle est en décrépitude et des animaux de toutes sortes l’envahissent. Sa femme tombe malade et meurt.On apprend qu’un riche Américain entend racheter l’Empire du rêve. S’ensuit une lutte à mort entre les deux adversaires. Patera y périt, l’artiste revient en Europe quasiment fou. L’Autre côté, Un roman fantastique, d’Alfred Kubin, a été publié avec les illustrations de l’auteur dans une traduction de Robert Valençay revue par Christian Hubin, chez José Corti (rééd. en 2007).

Krystian Lupa en tire une grande allégorie sur ce genre d’utopies promettant une vie meilleure, sur l’Antéchrist et sur les Faux Messies. François Regnault

de dostoïevski à andy Warhol en passant par Thomas bernhard ou marilyn, bien souvent Krystian lupa nous a emmenés au-delà du miroir. et voilà qu’aujourd’hui il ouvre la porte d’un monde inattendu, fascinant autant qu’inquiétant. celui d’un auteur et dessinateur, magique visionnaire : alfred Kubin. En 1985, lorsque Krystian lupa avait mis en scène au teatr Stary de Cracovie Miasto snu (La Cité du rêve), d’après le roman de l’Autrichien alfred Kubin L’Autre côté, on ignorait tout de lui en France. En Pologne c’était déjà un metteur en scène qui suscitait l’admiration depuis qu’il était sorti de l’École dramatique de Cracovie, sept ans plus tôt, avec une très remarquée mise en scène de Les Mignons et les guenons de son compa triote Stanislas Witkiewicz. Lupa intriguait aussi puisque, à peine sorti de l’école, il était parti vivre des années durant une sorte d’expérience communautaire avec un groupe acteurs dans la petite ville de montagne qu’est Jelena Góra. La Cité du rêve constitua comme la synthèse de ses premières recherches ponctuées par un texte joliment titré Le Théâtre de la révélation.

La cité du rêve - Kristian Lupa
La cité du rêve - Kristian Lupa © Tomek Tyndy

Outre Kubin, l’attirance de Krystian Lupa pour la littérature autrichienne (il parle couramment l’allemand) allait s’affirmer au fil des années par des adaptations de romans et récits suscitant des spectacles le plus souvent fleuves : Robert Musil (Les Rêveurs, Esquisse de l’homme sans qualités), Hermann Broch (Les Somnambules) et Thomas Bernhard (La Plâtrière, Extinction), auteur dont il allait monter également plusieurs pièces. Lupa a aussi mis en scène des adaptations de romans de Dostoïevski (Les Frères Karamazov), Boulgakov (Le Maître et Marguerite), effectué des traversées de Rilke et de Nietzsche. Ces dernières années il a dialogué avec des figures d’artistes contem - porains emblématiques, Andy Warhol et Marilyn Monroe et avec l’écrivaine Simone Weil. La saison dernière on a pu voir Salle d’attente d’après Lars Noren avec des élèves sortis d’écoles françaises et suisses, spectacle qui l’a replongé dans ses années passées à Jelena Góra. [....]Alors le revoir revenir, plus de trente ans après, au roman de Kubin avec des acteurs polonais qui, pour la plupart, ont souvent travaillé avec lui, est d’autant plus passionnant. Kubin écrivait, dessinait, gravait. Lupa qui a fait des études de peinture, d’art graphique et de cinéma avant de passer au théâtre adapte le roman de Kubin sous le titre La Cité du rêve (comme en 1985), le met en scène, signe le décor et les lumières.Le roman raconte comment le héros du livre, dessinateur comme l’auteur (qui illustra son propre texte) est conduit par son ami richissime Patera à aller vivre aux confins de l’Asie, dans un étrange pays qu’il a nommé « l’empire du rêve ». L’artiste s’y rend plein d’espoir. Comme pour une drogue dure, le rêve devient cauchemar, la mort veille. L’artiste reviendra en Europe à demi fou. Lupa voit là une métaphore des fausses utopies, de l’Antéchrist mais aussi une somme de visions où les images de la vie ordinaire sont phagocytées par des images de mort et de destruction du monde. Un tel voyage ne se fait pas en une heure trente. Que les spectateurs ne soient pas effrayés par les six heures que durera la représentation (quatre heures en version courte). Le théâtre de Lupa qui se ramifie et s’amplifie dans le temps de la représentation, est comme l’autre versant de sa vie, de nos vies. Jean-Pierre Thibaudat

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.